Forums ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
La TocCyclopédie ■ Les Epoques

Dans une base scientifique isolée en plein coeur de l'Antartique, douze hommes doivent affronter une terrible entité extra-terrestre.



Avec Halloween (1978), Fog (1980) et New York 1997 (1981), John Carpenter avait obtenu, en partant de petits budgets, trois confortables succès au box-office américain. Il est devenu un des réalisateurs les plus admirés du genre, et la compagnie Universal décida de lui confier un gros projet : le remake de La chose d'un autre monde (1951), un classique de la science-fiction américaine réalisé par Christian Nyby et Howard Hawks (Rio Bravo (1959)...). L'idée de retourner ce film était dans l'air depuis le début des années 1970, et commença à vraiment prendre forme avec le succès d'Alien (1979), huis-clos terrifiant enfermant une petite troupe d'humains dans un vaisseau à bord duquel les pourchasse un terrible prédateur extra-terrestre. Carpenter est un fan de La chose d'un autre monde et du réalisateur Howard Hawks (son Assaut (1976) était un remake de Rio Bravo), et il ne se fait pas prier pour se mettre rapidement au travail avec le scénariste Bill Lancaster (fils de l'acteur Burt Lancaster) sur le script de The thing C'est la première fois que Carpenter travaillait pour un grand studio, avec un gros budget (10 millions de dollars, alors que New York 1997 n'en avait coûté que 6). Carpenter ne signe pas lui-même la musique de son film : il confie cette tâche au génial Ennio Morricone (Il était une fois dans l'ouest (1968) de Sergio Leone, Le syndrome de Stendhal (1996) de Dario Argento...) qui, en proposant une partition extrêmement proche du travail de Carpenter sur Fog, prouve encore sa sidérante capacité à adapter son talent à toutes les situations. Néanmoins Carpenter n'utilisera dans le film qu'une toute petite partie de la composition complète de Morricone (qui est en entier sur le disque de la musique du film). Dans le rôle principal, on retrouve Kurt Russell que Carpenter venait de diriger dans le téléfilm Le roman d'Elvis (1979) et dans New York 1997. On trouve aussi T.K. Carter (Sans retour (1981) de Walter Hill, Runaway train (1985) d'Andrei Konchalovsky...), Keith David (Bird (1988) de Clint Eastwood, Invasion Los Angeles (1988) de John Carpenter...)...
La chose d'un autre monde et The thing sont tous deux des adaptations de la nouvelle de science-fiction Who goes there ? publiée par John W. Campbell Jr. en 1937 (l'année de la mort de Lovecraft). Carpenter reprend fidèlement l'idée de l'extra-terrestre capable d'imiter les autres formes de vie, contrairement à Christian Nyby. Mais l'histoire de The thing rappelle aussi, par bien des aspects, la géniale nouvelle Les montagnes hallucinées de Lovecraft, dans laquelle une expédition polaire découvre une cité extra-terrestre abandonnée. Outre le contexte géographique et l'équipe de scientifiques, on retrouve l'idée de la découverte de la créature congelée, la vivisection de l'organisme extra-terrestre et la civilisation d'outre-espace arrivée sur Terre pendant la préhistoire.

L'influence de Lovecraft est surtout saisissante dans la description de la chose elle-même. Contrairement aux monstres de cinéma l'ayant précédée, sa grande spécificité est de ne pas avoir de forme propre, d'être un corps instable à l'apparence indéfinie. Si cet extra-terrestre est capable d'imiter la forme d'un homme ou d'un animal, il passe aussi par des phases transitoires au cours desquelles il révèle sa vraie nature polymorphe et extra-terrestre. Rob Bottin, alors âgé de 23 ans, avait été remarqué notamment pour son travail sur les loup-garou de Hurlements (1980) de Joe Dante. Aidé par le dessinateur de Comics Mike Ploog, il a créé les diverses apparences du monstre, en s'inspirant, des couvertures des magazines des années 1930-40 dans lesquels étaient publiés les écrivains de science-fiction de cette époque (dont, bien entendu, Lovecraft). Puis, Bottin s'est chargé de réaliser tous les effets liés à cette créature informe et horrible, qu'on ne verra jamais deux fois dans le film sous la même apparence (néanmoins, à cause d'un planning trop chargé, la séquence du chenil a été confié à Stan Winston (Aliens (1986)...)). Il utilise essentiellement des modèles de marionnettes animées par des moteurs, technique assez peu utilisée alors, mais qui allait beaucoup se développer au cours des années 1980 (Aliens (1986), Jurassic Park (1993)...). Ces trucages, exécutés à la perfection, sont remarquablement mis en valeur par la photographie irréprochable de Dean Cundey (Halloween...). Ces visions purement lovecraftiennes d'organismes gigantesques et désordonnés, où pattes d'insectes, gueules de chien et tentacules s'agitent dans un tourbillon suintant et hurlant, prennent à revers le fameux cliché qui veut qu'au cinéma, moins on en montre, plus cela fait peur : comme chez Lovecraft (qui décrit souvent ses monstres avec beaucoup de précisions), Carpenter expose clairement le moindre détail de ses créatures indicibles au cours de séquences spectaculaires et très violentes.

The thing, comme Alien et La chose d'un autre monde, fonctionne à la manière d'un huis-clos terrifiant. Mais, comme dans L'invasion des profanateurs de sépultures (1959) de Don Siegel, l'extra-terrestre est capable d'imiter la forme humaine, si bien que chaque personnage enfermé dans la station est susceptible d'être un alien caché. Les survivants doivent d'une part se serrer les coudes pour survivre, et d'autre part se méfier de ses compagnons. La paranoïa pesante s'installant au cours de The thing culmine de façon tout à fait intense lorsque Kurt Russell teste le sang de ses compagnons. Carpenter a souvent répété qu'il voulait, avec ce film, décrire un monde sans solidarité ou confiance, dans lequel les personnages sont solitaires, isolés, obligés de se méfier de tous leur entourage. Il y voyait une métaphore de la société occidentale du début des années 1980. En proposant de longues séquences de calme lourd et méfiant, Carpenter rend encore plus efficaces les interventions, toujours très brutales, de la chose : la fameuse séquence du défibrillateur est un morceau d'anthologie.

The thing fonctionne effectivement sur un sentiment d'isolement. La petite communauté humaine est confinée dans une base perdue au milieu d'un vaste désert de neige, incapable de communiquer avec l'extérieur. Le style de Carpenter est ici d'une parfaite neutralité, à la manière de la "réalisation invisible" qu'il admire tant chez Howard Hawks. La réalisation est complètement froide et clinique, et on ne trouve plus, dans The thing, les élégants travellings d'un Halloween. Ce regard fonctionnel et impersonnel porté sur l'action renforce encore l'aspect sombre et paranoïaque de la situation inextricable dans laquelle se trouve ces personnages, piégés au coeur d'un univers hostile et implacable. Par le style glaciale de sa réalisation et la noirceur de son propos (jusqu'à sa conclusion terrible), The thing est une oeuvre d'épouvante sobre, tragique et pessimiste, refusant toute forme de concession.

Toutefois, The thing fût mal accueilli par la critique : la presse généraliste reprocha à Carpenter de s'être laissé noyer sous les effets spéciaux (ces séquences ne sont pourtant pas si nombreuses), d'avoir négligé ses personnages, et n'apprécia pas les séquences gore, tandis que certaines revues consacrées au fantastique reprochèrent à Carpenter de s'être "vendu" à un grand studio, ou bien d'avoir "perdu" son talent (genre d'argumentaire hélas fréquent chez cette presse souvent très sensible aux effets de mode et au syndrome du "C'était mieux avant..."). Sorti la même années qu'E.T. (1982) de Spielberg,avec son gentil extra-terrestre, The thing allait produire des recettes décevantes en salle, remboursant à peine son budget.

Pourtant, au fil des ans, The thing a fini par être reconnu comme un classique du cinéma fantastique, et est devenue l'oeuvre la plus célèbre de Carpenter avec Halloween. Il s'agit effectivement d'un des meilleurs films d'horreur des années 1980. A travers la peinture de sa chose, il proposait aussi une des toutes premières restitutions convaincantes des monstres Lovecraftiens, ce qui allait ouvrir la porte aux mutations horribles de La mouche (1986) de David Cronenberg et surtout aux trouvailles démentes de From beyond (1987) de Stuart Gordon.

«
Carpenter <3
Todd 10/02/2013
Simplement époustouflant !

La musique, la réalisation, le jeu des acteurs, le scénario, la lumière contribuent à une ambiance incroyable qui m'a tenu en haleine du début à la fin.

Et dire que je n'avais jamais vu ce film jusqu'à cette nuit...
A propos de la fin...
Fab 27/11/2004
Dans la série des anecdotes du Fab, je viens de déterrer dans une vielle interview de Carpenter un élément qui apporte un éclairage (c'est le cas de le dire) nouveau sur la fin du film. Attention, la possible identité de la Chose est révélée d'où...

[Spoiler]





Alors voilà, Carpenter déclare qu'il trouve l'idée que Mc Ready (Kurt Russell) soit la Chose plaisante. Et le bougre se justifie. La scène à été tournée par une températue de -30°C, et Kurt Russel est éclairé de façon à ce que l'on voit l'air qu'il expire, ce qui n'est pas le cas pour Childs (Keith David). De plus, sur la barbe de McReady est blanchie par la neige exactement comme quand il est suspecté par les membres du groupe d'être la Chose (un peu avant le mythique test sanguin). Or le spectateur averti aura remarqué que la neige est, dans le film, l'alliée de la Chose : elle aussi est capable de contaminer les éléments (elle recouvre les empreintes de pas, rend indistinct le décor, blanchit les barbes...), la Chose l'utilise pour hiberner (au début et à la fin), etc.

D'où la déclaration de Carpenter. Vous me suivez ? Vous trouverez tout ça dans une note en bas de page de l'excellent bouquin Mythes et Masques : Les fantômes de John Carpenter par Luc Lagier et Jean-Baptiste Thoret (Dreamland éditeur) : complexe mais fort intéressant pour le cinéphile qui sommeille en chacun de nous .
Culte
Tovarich 20/07/2004
Un film que tout amateur de film d'horreur se doit d'avoir vu une fois (si ce n'est plus) dans sa vie. Un classique du genre.
Carpenter c'est un cador !
Vonv 27/03/2004
Et oui, je viens enfin de voir cette Chose !
- clap - clap -
Du grand, du sanglant et du froid !
Un pur plaisir pour les tous les amateurs de cthulhienneries que nous sommes. Je rejoins les autres en disant que c'est l'un des plus "beau" monstre cthulhien du cinéma avec ceux de l'Antre de la Folie : c'est suggéré, ignoble, des côtés humains, pervers dans sa façon de monter l'équipe contre elle-même... et le tout est filmé dans des décors aux petits oignons pleins de recoins, d'ombres,...

La photographie est remarquable ainsi que les acteurs. On est loin des films aux effets spéciaux à 2 euros de certaines productions de l'époque.

Carpenter signe là un chef d'oeuvre qui ne vieillit pas !
Cthulien...
Fab 28/09/2003
Un des meilleurs films de Carpenter, "The Thing" constitue ce que les critiques spécialisés ont appelé "la trilogie de l'Apocalypse" (suivront le sombre "Prince des Ténèbres" et l'excellent "Antre de la folie"). Carpenter joue ici à fond sur la carte de la paranoïa et réussit son coup : le suspense ne se relâche pas et le spectateur est constamment sur les nerfs : chaque apparition de la Chose fait sursauter ! A propros de la Chose, il s'agit de l'un des plus "beaux" monstres de l'histoire du cinéma et la première créature cthulienne.
Notons également l'excellente photographie : les tons (en extérieur) sont blanc ou gris le jour et d'un superbe bleu la nuit.
Notons encore qu'il s'agit de l'un des premiers (si ce n'est le premier) film holywoodien avec un casting 100% masculin !! L'avantage est de ne pas avoir les sempiternelles histoires d'amour...

Bref, on pourrait discuter longuement sur les qualités de The Thing...

A voir et à revoir pour son ambiance, sa paranoïa, sa Chose... Procurrez-vous également l'excellente BO de Morricone : tous les morceaux y sont présents et tous sont excellents !! :)
Un Classique
Docteur Clarendon 31/07/2003
Vraiment un autre classique incontournable qui n'a pas volé sa note ! Voilà un film que j'aimerais avoir dans ma vidéothèque !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .