Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Résoudre les incohérences de TsOE

Pages

1 2 Tout
Curtis grant

le 20.01.2015
à 10:32

  
Chers Toceurs, chères toceuses,

je vous propose ce sujet pour énoncer les différentes incohérences et faiblesses scénaristiques de la néanmoins mythique campagne Terreur sur l'Orient Express et tenter ensemble de trouver des solutions ludiques.

Etant en pleine préparation/ réécriture, j'ai déjà effectué des changements assez significatifs que j'aurai plaisir à soumettre à votre jugement.

Je vous invite donc à un effort de réflexion collectif autour de cette campagne dont le potentiels narratif et rôlistique est énorme mais dont certains (gros) défauts gâchent quelque peu le plaisir des joueurs et des gardiens exigeants.

Le sujet a été longuement abordé durant un mémorable Poulpkast (qui m'a bien fait marrer). Je vous remets le lien au cas où vous auriez raté ce grand moment :D :

Tchou-Tchou Kast

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Mike11210

le 20.01.2015
à 14:49

  
Bonne initiatives. Si on peut en profiter pour lister aussi les passages tendus niveau "forcage de main" et voir des pistes.

J'expose mon premier problème :

Si je veux jouer les deux Scénario Oniriques Optionnels.
Et bien....

Les joueurs commencent à faire le rêve du Terre Onirique Express...Arrive a Lausanne. On joue encore sur "rejoindre machin dans le monde des rêves" => lausanne onirique. (alors qu'on se réendort et qu'on devrait peut être plutot continuer le terre onirique) ...et après , on reprend le terre onirique express la nuit suivante...

Je trouve ces scénarios pleins de bonnes idées. (enfin surtout les optionnels...La Lausanne, je trouve ça un peu trop faiblard et linéaire)

Si vous avez des idées...

Sinon, catégorie grand problème de Cohérence...Vu comme s'est découpé...Ils ne sont jamais vraiment dans le même train longtemps. Donc construire des relations avec les passager est compliqué...
Curtis grant

le 20.01.2015
à 15:43

  
En ce qui me concerne, je vais éviter les scénarii optionnels.

Toutefois, j'aime bien le scénario Terre Onirique Express qui est original et dense. Peut-être faut--il le replacer à un endroit différent de la campagne. Après tout, dès lors que les investigateurs sont des rêveurs, peu importe sur quel trajet cet épisode intervient, non ?

Je pense dans un sens plus général que le problème souvent évoqué de la linéarité de la campagne peut aussi se résoudre en laissant les joueurs aborder les différentes étapes dans l'ordre dans lequel il le souhaitent.

Pour ce qui est de Lausanne, je suis d'accord, c'est mince.

Personnellement, je trouve l'intrigue du taxidermiste faussaire quelque peu tirée par les cheveux et de peu d'intérêt. Ce chapitre est probablement un de ceux qui nécessitent le plus de réécriture, me semble-t-il.

Une des piste auxquelles je pense est de situer ce passage durant le sommet de Lausanne de 1923 qui statue sur le devenir de l'Empire Ottoman. Cela me semble un contexte particulièrement propice dans la mesure où la ville va grouiller de Turcs. je n'ai pas encore d'idée précise mais on peut aisément imaginer une histoire où des tractations dans la Lausanne du rêve font échos à ce qui se passe dans la réalité par exemple.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 20.01.2015
à 15:52

  
En ce qui me concerne, je vais éviter les scénarii optionnels.

Toutefois, j'aime bien le scénario Terre Onirique Express qui est original et dense. Peut-être faut--il le replacer à un endroit différent de la campagne. Après tout, dès lors que les investigateurs sont des rêveurs, peu importe sur quel trajet cet épisode intervient, non ?

Je pense dans un sens plus général que le problème souvent évoqué de la linéarité de la campagne peut aussi se résoudre en laissant les joueurs aborder les différentes étapes dans l'ordre dans lequel il le souhaitent.

Pour ce qui est de Lausanne, je suis d'accord, c'est mince.

Personnellement, je trouve l'intrigue du taxidermiste faussaire quelque peu tirée par les cheveux et de peu d'intérêt. Ce chapitre est probablement un de ceux qui nécessitent le plus de réécriture, me semble-t-il.

Une des piste auxquelles je pense est de situer ce passage durant le sommet de Lausanne de 1923 qui statue sur le devenir de l'Empire Ottoman. Cela me semble un contexte particulièrement propice dans la mesure où la ville va grouiller de Turcs. je n'ai pas encore d'idée précise mais on peut aisément imaginer une histoire où des tractations dans la Lausanne du rêve font échos à ce qui se passe dans la réalité par exemple.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Mike11210

le 22.01.2015
à 12:55

  
Lausanne ; début de réflexion .

Je pense virer la partie "faux parchemin"
Par contre je veux garder :

-Le Duc des Esseintes
-La Lausanne Onirique
-Edgar Wellington, taxidermiste occultiste en manque d'argent

J'ai repéré le Chateau D'Ouchy comme cadre sympa

=> ça peut être la propriété du Duc , qui du coup acceuille les négociations.
=> C'est un cadre sympa vu que ça été reconstruit peu avant entre 1889 et 1893 , c'est en 1923 un hotel particulier, avant c'était un château médiéval qui a entre autre servi de prison.

Je brainstorme encore un peu ; il me reste deux semaine et demi pour l'écrire.

Ayant dans mes joueurs une "cocotte" très portée sur les amants riche et puissant, je peux lui donner envie d'aller vers le Duc Des Esseintes. Il pourrait vraiment tomber sous le charme et pour l'impressionner, l'emmener dans sa Lausanne Onirique.

J'ai deux autres joueurs au background teintés de passage dans la vie diplomatique. S'infiltrer dans les coulisses du traité de Lausanne, ça peut être très chouette.

Si vous voyez des idées sympa n'hésitez pas, je me donne jusqu’à fin de semaine pour creuser dans tous les sens.

En vrac :
-La tour du Château a été conservée ; c'est le symbile de la protection du château pour les habitants d'Ouchy
Curtis grant

le 24.01.2015
à 21:51

  
Bon, je ne mène qu'en mars. J'ai donc un surcroît de temps pour préparer.

Question : comment avez-vous géré Fenalik dans l'épisode parisien ?

Autant j'avais bien aimé ce personnage quand j'avais joué la campagne autant je le trouve bancal et too much maintenant que j'essaie de la préparer de l'autre côté de l'écran.

J'ai beaucoup de mal à considérer qu'il est en possession du Simulacrum depuis le 13ème siècle sans interruption et qu'il n'en a finalement rien fait de réellement intéressant ou spectaculaire.

L'Ecorché accepte donc qu'un type se garde pour lui une telle relique durant quatre siècles sans chercher à répandre la bonne parole ni à travailler à son avènement ?

Sans compter que Fenalik aurait du pouvoir devenir limite maître du monde vu la puissance supposée de l'artefact. Or à la lecture, on a l'impression que cela ne lui apporte finalement rien de significatif si ce n'est de ne plus avoir à retourner dans son cercueil chaque matin. C'est juste ultra cheap... en réfléchissant, vu que Fénalik est ultra balaise et qu'il ne fait rien du simulacre, le lui laisser serait une stratégie pas si mauvaise pour contrer les frères de la chair :D

Ensuite le fait que les morceaux soient réunis n'aurait-il pas du déteindre de façon très marquée sur les différents endroits où Fenalik a séjourné de façon prolongée, comme Venise et les environs de Paris ?
Or, il semble ne rien en avoir été...

Bref, je trouve que cela ne tient pas debout...

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 24.01.2015
à 23:06

  
Un petit nugget sur ma version.

Le Duc des Essaintes a récupéré le parchemin de tête en l'achetant à Randolf Alexis à Londres avant que celui-ci ne disparaissent dans le London-Liverpool.

En revanche, bien qu'il ait étudié le manuscrit dans le détail, ce qui lui a apporté de grands pouvoirs, il est un de ses secrets les plus importants qui lui a échappé.

Le parchemin de tête a un forme étrange comme une étoile à 5 branches. Et si on le regarde en transparence à travers une bougie, l'on se rend compte que la peau est beaucoup plus fine sur deux zones circulaires presque symétriques au centre. En réalité, le parchemin, en plus d'être d'un document occulte, est une sorte de masque, dont un sorcier peut s'envelopper la tête et dont il faut lier les extrémités derrière le crâne du porteur avec de la matière organique comme un lien fait de tendon ou de cheveux.

Les zones translucides se retrouvent alors au niveau des yeux et l'on voit à travers...

L'Ecorché permet alors au porteur de voir où se trouve le simulacre...

Le duc est complètement passé à côté de cela car le parchemin est collé sur un antique support de bois ouvragé de motifs rituels ottomans. Il lui a dont toujours semblé que ce dernier faisait partie de l'artefact et il n'a jamais osé essayé de décoller le parchemin, ce qui aurait pu le conduire à découvrir cette fonctionnalité fort utile.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Surahki

le 02.02.2015
à 22:35

  
Curtis, tu as trouvé ça par toi-même ou c'est quelque part dans le trxte de la campagne ? (J'ai pas encore tout lu)

Et finalement, vous faites quoi pour le souci du train qui risque de ne pas être le même entre le moment où ils arrivent quelque part et en repartent ? Personnellement, dans cette campagne, j'adorer justement l'élément de l'Orient Express, dont j'aimerais vraiment faire un petit microcosme avec sa population...

Maman, y a du poulpe au menu ?

Curtis grant

le 02.02.2015
à 22:58

  
Non, c'est un truc à moi.

Le fait que les personnages puissent localiser le Simulacrum (bien que pas forcément de façon très précises, car cela vient sous formes de visions désordonnées et cauchemardesques) peut permettre de déstructurer un peu la campagne et lui faire quitter, non pas le parcours du train, ce serait dommage mais sa linéarité qui fait que l'on enchaîne un arrêt après l'autre de façon somme toute très artificielle. L'idée serait de leur faire visiter les différents lieux dans un désordre relatif par rapport à celui établi par la campagne.

Pour en venir à ta seconde question :

C'est compliqué pour le train d'en faire un univers avec des personnages récurrents vu que les investigateurs en descendent fréquemment pour en reprendre un autre.

Quelques pistes :

Ils peuvent retrouver des personnages qui comme eux visitent l'Europe et donc montent et descendent du train.

Il est possible aussi de faire jouer un scénario complet lors d'un des trajets. Il faudra alors l'écrire complètement.

Créer une atmosphère absolument particulière lors des moments passés dans le train. Une musique spécifique, une ambiance un peu onirique, instituer des repères ( retrouver une spécialité culinaire, un vin spécial à la carte) fixes etc. L'idée est de matérialiser que voyager à bord de l'OE est une expérience exceptionnelle.

En ce qui me concerne, je travaille sur l'idée que si l'OE est si particulier, ce n'est pas uniquement du fait qu'il est un palace sur roue.

Dans mon idée, le fondateur de la compagnie des wagons lits, Nagelmarkers aurait été bien plus loin qu'on ne le soupçonne dans la mise en oeuvre de son train idéal. On peut imaginer par exemple que l'arrangement intérieur, les décorations, la vaisselle, les proportions des voitures, tout soit conçu à partir du nombre d'or... cette perfection quelques peu ésotérique (sans être trop ouvertement magique) pourrait expliquer pourquoi le train fait autant de bien aux investigateurs qui y récupèrent de la SAN.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 02.02.2015
à 23:04

  
Et toi, que penses-tu de Fenalik ? Comment l'as-tu intégré ?

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Surahki

le 02.02.2015
à 23:14

  
Alors bravo pour l'idee pour le simulacre, j'adore et je te cache pas que je vais te la repiquer quant au train, c'est vrai que je crois qu'il vaut mieux appuyer sur l'ambiance

Maman, y a du poulpe au menu ?

Mike11210

le 03.02.2015
à 13:45

  
Bonne idée pour le parchemin.

Bon, tuile, faute de temps, je vais devoir jouer la Lausanne by the book. Mais il y a des points que j'aime bien donc on verra.

J'aime bien l'idée sur le train.

Bon, et moi ce soir je mange avec mes joueurs dans un ancien wagon de l'Orient Express. :D
Mike11210

le 03.02.2015
à 14:54

  
Pour Fenalik, je l'ai geré simplement discret en mode "petites manifestations" , mais sans la scène violente de l'asile. Les joueurs n'ont pas choisis d'y aller...

Fenalik, je trouve que ces meilleurs moments vont être les Scénar ou les joueurs vont comprendre qu'ils ont "un terrible ange gardien"
Curtis grant

le 03.02.2015
à 21:00

  
Bon, et moi ce soir je mange avec mes joueurs dans un ancien wagon de l'Orient Express. :D
Tu aurais moyen de jouer dedans ?

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 06.02.2015
à 14:49

  
[edit] J'ai mis tout ça dans mon lien, pas la peine d'alourdir le sujet.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 06.02.2015
à 14:54

  
[edit]J'ai tout mis dans mon lien, pas la peine d'alourdir le sujet.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 12.02.2015
à 13:27

  
Une autre difficulté : que faire si les joueurs ne souhaitent pas faire prendre l'Orient express à leurs personnages ?

Comment les inciter à le faire ?

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Dweller on th.

le 12.02.2015
à 15:45

  

(Dweller on the Threshold)


En leur révélant le titre de la campagne peut être ?

Un peu de railroading (c'est le cas de le dire) metaludique ne fait pas de mal, des fois ...^ _^

(PS: faites un jet de SAN en lisant ce beau barbarisme ..."railroading metaludique")

Le blog des Masques: www.howlingtwenties.wordpress.com

Curtis grant

le 12.02.2015
à 16:21

  
@dweller : en effet, entre mes joueurs et moi (et inversement quand je joue à la table de l'un d'entre eux) il y a un gentleman agreement implicite.

Je leur ai proposé Terreur sur l'Orient Express, ils se laisseront probablement emmener dans le train de bonne grâce, mais j'aimerais qu'il y ait quelque chose de plus solide pour les y motiver.

C'est aussi une manière de trouver un lien objectif entre le train et ce qu'il se passe dans la campagne.

Une piste à la va-vite

Le train et la ligne incarnent une forme de lien (de nature ésotérique) entre les différents pays d'Europe. Il participe d'une force de cohésion là où le Simulacre incarnerait une force de destruction...

Railroading metaludique... pas mal comme néologisme.

En ce qui concerne Fenalik, je vais poster ce que je compte en faire. cela pourra peut-être servie à quelqu'un.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 22.03.2015
à 15:46

  
Milovan Zdravko Fenalić partie 1
Les invasions Turques du 16ème siècle en terres Croates y réveillèrent une ancienne et sombre tradition occulte. Les mères des familles patriotes devaient nourrir leur septième fils en mêlant du sang humain au lait maternel et offrir le nourrisson à la Terre au cours d’un lugubre rituel païen. Cette pratique répugnante devait en faire des combattants sanguinaires aptes à terroriser l’ennemi, non seulement de leur vivant mais aussi après la mort. On enterrait ces malheureux loin des villages ou carrément sur les champs de bataille car certains revenaient d’entre les morts sous la forme terrifiante de cadavres animés, assoiffés de sang et avides de vengeance : les Kuzlaks.

La recrudescence de cette pratique sema la terreur dans les rangs de l’armée Ottomane. L’Empire dut faire secrètement appel à des sorciers, malgré l’interdit dont ces pratiques étaient frappées par l’Islam, pour tenter d’endiguer les ravages causés par les Kuzlaks.

Milovan Zdravko Fenalić eut la malchance de naître le septième fils d’une lignée de petite noblesse de la région de Pakrac avec tout ce que cela impliquait. Bien qu’il eût plus volontiers aspiré à une vie paisible d’étude, on le dressa à devenir une brute meurtrière. Bien qu’on lui eût interdit de mettre un pied dans une Eglise, on lui inculqua la détestation de l’envahisseur musulman.

Naturellement Fenalić, dès qu’il fut en âge de combattre fut mobilisé pour tenter de repousser les incursions de armées de Soliman. Il participa à de nombreuses batailles où sa férocité fut telle qu’il était presque autant craint par les Croates que par les Ottomans. Toutefois, il devait tomber sous les coups des janissaires turcs au cours du terrible siège de Kraljeva Velika en 1544.

Il devait pourtant, au cours d’une nuit sans lune, se réveiller au fond d’un fossé empli des cadavres pourrissants de centaines d’hommes et de chevaux et auxquels des soldats Ottomans voulaient mettre le feu. Pris d’une effroyable panique provoquée par le brasier, il s’extirpa en hurlant de la douve et mit en pièces les quelques militaires qui n’avaient pris leurs jambes à leur cou. Il étancha la sécheresse infinie qui avait saisi son corps avec le sang et les entrailles de ses ennemis, il était devenu un Kuzlak.

Durant plusieurs années, il s’abandonna sans retenue à la pulsion vengeresse qui s’imposait à lui dès lors qu’à la nuit tombée il s’extirpait de la terre meuble où il se terrait pour échapper à la morsure du soleil. Il se glissait dans les postes avancés à la faveur de la nuit et frappait impitoyablement les rangs ennemis, tuant sans distinctions les simples soldats comme les officiers de haut rang sans que rien ne semblât pouvoir l’arrêter.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 22.03.2015
à 15:49

  
Milovan Zdravko Fenalić partie 2
Un jour pourtant alors qu’il entrait dans la somptueuse tente d’un officiel il se trouva mystérieusement paralysé par une force inconnue. L’homme qu’il avait choisi pour cible était en réalité un puissant sorcier Constantinopolitain dont la lignée initiatique remontait à Sedefkar. Yildirim Pasha vénérait donc Yüzülmüş (l’Ecorché) et avait en sa possession un des parchemins de Sedefkar, celui de la tête, avec lequel il était parvenu à localiser les morceaux du simulacre. La plupart d’entre eux se trouvait dans la Sérénissime, éternel et implacable ennemi de l’Empire Ottoman. Son intention était d’utiliser Fenalić pour parvenir à ses fins car il lui eut été difficile de se rendre lui-même en territoire chrétien pour arracher l’artefact aux séides de la Carne Liberata qui avaient abattu Sedefkar et volé le simulacre trois siècles plus tôt.

Usant de la sorcellerie, Yildirim Pasha tint Fenalić sous sa coupe durant plusieurs années, l’utilisant pour se débarrasser d’ennemis encombrant sans éveiller les soupçons, ou mettant à profit les pouvoirs hypnotiques du Kuzlak lorsqu’il avait besoin d’assujettir quelqu’un. En retour Fenalić apprit beaucoup au contact du vieil érudit. Il sut très vite lire et parler le Turc et d’autres langues utilisées dans la grande armée de Soliman. Il eut accès à de nombreux ouvrages traitant de différents sujets, notamment occultes.

Il vint un moment ou l’âge eut raison de la force du vieux savant si bien qu’il lui fut de plus en plus difficile de conserver son emprise sur Fenalić. Bien tissé des liens d’amitié qu’ayant au fil des années, le Kuzlak tua Yildirim. Il lui prit le parchemin de tête et parti en quête de cette formidable relique dont il avait tant entendu parler son ancien maître.

Il se rendit alors en Dalmatie où il subjugua un riche marchand qui lui permit de passer à Venise par bateau. Il s’y établit sous le nom Malvino Gianfranco da Fenalici où il devint un mécène apprécié par les artistes et les écrivains mais aussi les mages et les alchimistes. Ce faisant il parvint au terme d’une longue traque à débusquer les membres de la Carne Liberata et à leur voler les morceaux du Simulacre

Il dut alors fuir la Sérénissime et la colère des cabalistes à travers l’Europe. Il y rechercha partout les communautés de l’ordre de St Bartolomé qui abritaient en secret des adorateurs de l’Ecorché

Il retrouva la trace du dernier morceau en France en repérant le château du Compte d’Hacqueville et le monastère St Bartolomé du Thil. La chapelle contenait une fresque murale représentant St Barthélémy et qui comportait une niche où venait se placer un reliquaire contenant la tête du Simulacre.
Les moines lui opposèrent une farouche résistance avec leur faible connaissance de la magie de la chair mais le Kuzlak en vint à bout, brisant leurs crânes et arrachant leurs membres à main nue grâce à sa force surnaturelle.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 02.04.2015
à 18:17

  
Milovan Zdravko Fenalić partie 3
Il atteint donc son but de réunir les morceaux du Simulacre. Ses nombreuses lectures et le savoir qu’avait partagé avec lui le vieux Yildirim, héritier de Sedefkar, lui avait laissé présager un immense espoir. Il supputait et à raison que le fait de porter sur lui le Simulacre pourrait le protéger des rayons du soleil, lui permettant de réaliser le rêve de tout Kuzlak qui était de pouvoir arpenter à nouveau le Monde en plein jour comme n’importe quel être humain. Le rituel de purification du parchemin lui permettait par ailleurs de ne pas subir la corruption physique induite par l’usage du Simulacre.

Il s’établit alors à Poissy au château du Plessis-Sanguin, sous le nom d’Emilien Jean-François de Fénalique y vivant une vie d’excès et de débauche.

Ses exactions le firent remarquer par le Lieutenant Général de police de Paris, le tout puissant Jean-Charles Pierre Lenoir qui avait été saisi par la prieure du couvent des Ursulines de Poissy. Fénalique avait selon elle détourné plusieurs moniales de leurs vœux et les auraient prostitués les offrant à ses convives lors d’épouvantables orgies.

Lenoir chargea donc l’inspecteur Jacquemart, un fonctionnaire d’expérience et ancien militaire qui après plusieurs rapports accablants à l’endroit de Fénalique, faisant états des pires crimes, de tortures, de rapts et de meurtres. Il sembla que l’agent fut démasqué car il disparut de la circulation et ne revint jamais à Paris. En 1785 Lenoir quitta le poste de Lieutenant Général sans avoir résolu l’affaire mais il continue de la suivre alors qu’elle s’aggrave sous la responsabilité de son successeur. Lenoir convint ce dernier de mobiliser le septième bureau qui était une institution secrète de la Lieutenance Générale et qui traitait des phénomènes surnaturels. L’abbé Jean-François Lombard et plusieurs moines de l'abbaye de Senones furent alors dépêchés à Poissy.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 02.04.2015
à 18:18

  
Milovan Zdravko Fenalić partie 4
L’ecclésiastique après enquête établira que Fénalique n’est pas humain mais un envoyé du Diable, qu’il dit être disposé de lui d’une façon particulière connue de lui seul et qu’il doit avoir carte blanche pour mener cette mission à bien. En premier lieu, il s’agit de ne pas l’opposer frontalement car de par sa nature propre il pourrait fort bien fuir sans qu’on ne puisse rien y faire et recommencer plus loin ses forfaits.

L’abbé Lombard convint alors le Lieutenant Général de faire prononcer une sentence d’internement par lettre de cachet du Roi. Il s’agissait d’abord de mettre fin au scandale, de calmer les détracteurs de Fénalique et de proposer ce dernier une issue acceptable à la situation. En effet quoi qu’on exécutât parfois les nobles à cette période, bien souvent on condamnait plus volontiers les libertins de haute extraction à l’asile, où ils effectuaient leur peine dans des conditions des plus clémentes. C’était le cas de Charenton où nobles et bourgeois étaient internés parce qu’ils étaient réellement aliénés, ou parce que condamné par l’arbitraire royal. S’ils pouvaient se le permettre, ils pouvaient bénéficier d’appartement privés et ils pouvaient s’adonner à leurs distractions habituelles, billards et promenades dans les jardins.

La ruse de l’abbé fut couronnée de succès car il parvint à faire venir Fenalić à Charenton où se faisant passer pour un frère de la Charité, il lui présenta son futur lieu de résidence où avaient été installés de luxueux appartements sur deux étages et un sous-sol donnant sur une cave fournie et une salle de jeu de billard accessible par un escalier. Il parvint à le leurrer vers la cave si bien qu’avec l’aide de la troupe de soldat qu’il avait sous ses ordres l’entrée fut fermée grâce à une énorme dalle de pierre, non sans avoir dû le cribler de balles en argent auparavant. Pourtant, même grièvement blessé, Fenalić s’acharna sur la pierre et l’on sentit le bâtiment frémir pendant deux semaines avant que la privation de sang ne tarisse ses forces. Tel était d’ailleurs le plan de l’abbé, qui désirait attendre au moins un an ou deux avant de pouvoir retourner dans la cave et détruire définitivement le Kuzlak en plantant un pieu dans son cœur et en le décapitant. Il ordonna que le bâtiment fût désaffecté, interdit d’accès et surveillé pendant tout ce temps. Des maçon devaient en permanence veiller à l’étanchéité de la dalle en la renforçant avec du mortier si nécessaire.

Pourtant, le cours de l’Histoire eut raison de ce plan. Les troubles révolutionnaires qui agitèrent le pays dès l’été 1789 ne permirent pas à l’abbé Lombard de revenir à Charenton. Son abbaye fut saisie par l’Etat en 1792 et il mourut peu après cela. La fermeture de la Maison Royale de Charenton puis sa reconstruction effacèrent définitivement toute trace de la présence de Fenalić en ses murs.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Curtis grant

le 02.04.2015
à 18:22

  
Désolé c'est un peu long .

update du doc :
TSOE à la Curtis : Dansons dans le brouillard & Fleurs du mal

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Fox

le 07.05.2016
à 08:58

  
En tout cas Curtis, je fais miennes certaines des idées développées ici. Merci

Que Cthugha vous brule la pointe des pieds

Curtis grant

le 07.05.2016
à 10:35

  
My pleasure :-) ami Fox !

Je n'ai guère avancé dans la réécriture du reste de la campagne par manque de temps. Le doc en ligne n'a pas beaucoup bougé depuis quelques mois... ;-(

J'ai l'essentiel des idées pour la suite qui sera située à Venise avec une histoire complètement originale (je n'aime vraiment pas celle des bouquins).

Je posterai au moins la trame prochainement des fois que ça aide.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Fox

le 28.05.2016
à 00:10

  
En tout cas, je viens de finir l'épisode londonien sur tes bases, ce fut plaisant et un ton au dessus de ce j'avais ressenti en maîtrisant la première fois la trame initiale.

Que Cthugha vous brule la pointe des pieds

Curtis grant

le 30.05.2016
à 22:40

  
Cool. Content que ça serve. N'hésite-pas à me dire ce qui a bien pris comme ce qui a moins bien marché. De même ça m'intéresse de savoir si c'est utilisable facilement en termes purement formels. Il y a de gros pavés de textes et je me pose la question parfois si ce n'est pas indigeste à assimiler lorsque l'on prépare une partie. Je sais que pas mal de MJ apprécient les résumés de scènes avec des mots clef sur les objectifs et l'ambiance plutôt que les longues descriptions où parfois il est plus difficile de retrouver une info.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Fox

le 05.03
à 09:21

  
Je me suis permis de te citer dans la critique mise à jour de la campagne: l'orient express V6

Que Cthugha vous brule la pointe des pieds

Curtis grant

le 05.03
à 09:26

  
Beau travail de synthèse, ami Fox et merci pour le lien.

-- Surtr ferr sunnan með sviga lævi, skínn af sverði sól valtíva.

Pages

1 2 Tout

Poster une réponse
Pseudo 
MotDePasse

(si vous êtes toceur)

Email 
      



Dernière modif de (Mardi 12 Septembre 2017)




Légende :

: signifie que ce message a été édité par son auteur.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .