Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Des fuyards se réfugient dans une ferme alors que la campagne est envahie par des personnages étranges, qui assassinent et dévorent tout ceux qu'ils rencontrent...



La nuit des morts-vivants est le premier long métrage de George Romero. Ce sera une révolution cinématographique fondamentale aux Etats-unis. Dès le début des années 1960, le cinéma fantastique reflète la crise de la société américaine, qui doit faire face aux problèmes de ségrégation ou à la peur de l'atome. Des films de science-fiction invitent le pays à prendre conscience de ses problèmes internes : Le dernier rivage (1959) de Stanley Kramer, Le monde, la chair et le diable (1959) de Ranald MacDougall ou La planète des singes (1968)... montrent une Amérique qui perd confiance en ses valeurs traditionnelles, notamment en décrivant un monde ravagé par des catastrophes nucléaires. Parallèlement, Psychose (1960) de Hitchcock, les productions Hammer et les petites bandes gore de Herschell Gordon Lewis (2000 maniacs (1964)...) ont fait monté d'un cran la violence dans le cinéma d'épouvante. Enfin, il ne faut pas oublier que les U.S.A. reçoivent des images horribles de la guerre du Vietnam, grâce à des photographes comme Larry Burrows. C'est en plein dans ce contexte troublé qu'apparaît cette petite production indépendante, La nuit des morts-vivants...
La première chose qui frappe dans ce film est le style de sa réalisation. Noir et blanc (alors que le cinéma en couleurs était déjà largement répandu), éclairages bruts, contrastes tranchés, montage sec, acteurs non professionnels, décors naturels, son direct... : on retrouve les recettes du cinéma néo-réaliste italien de l'après guerre (avec des réalisateurs comme Rossellini ou Visconti), de la nouvelle vague française et surtout du cinéma-vérité. La mise sur le marché de caméras de plus en plus légères et de moins en moins chères permettaient en effet à des réalisateurs indépendants de travailler sans le soutien des studios de production. Ainsi Romero put faire le film qu'il voulait, sans aucune contrainte commerciale. Ce qui frappe aussi, c'est le niveau de violence de La nuit des morts-vivants, qui reste encore impressionnant aujourd'hui. On notera que c'est justement en 1968, suite à divers scandales, que le système actuel du MPAA a été mis en place. Ainsi, un des premiers films classés X aux Etats-Unis sera Macadam cow-boy (1969) de John Schlesinger, avec Dustin Hoffman, oeuvre qui remportera d'autre part l'Oscar du meilleur film de l'année ! La brutalité de La nuit des morts-vivants, ses coups de feux sanglants, ses scènes de cannibalisme et la célèbre séquence dans laquelle une petite fille zombifiée tue sa mère à coup de truelle, allaient influencer durablement tout le cinéma américain en y vulgarisant une nouvelle représentation de la violence: le GORE venait de rentrer dans les usages cinématographiques ! Il allait répandre ses viscères et ses jets de sang dans toutes les directions: le western (La horde sauvage (1969) de Sam Peckinpah...), le film de guerre (Croix de fer (1977) de Peckinpah), l'aventure (Les aventuriers de l'arche perdue (1981) de Spielberg...), le film catastrophe (Les dents de la mer (1975) du même Spielberg...) et bien entendue l'épouvante (L'exorciste (1973) de Friedkin...). Il allait même s'exporter, notamment en Italie (avec les films de Dario Argento, Lucio Fulci...).

La nuit des morts-vivants reste toujours aussi efficace grâce à la crudité de son style et à son réalisme documentaire, non dépourvu, pourtant, de touches expressionnistes. Cela permet de créer une ambiance constamment morbide et pesante. Romero avoua avoir été influencé par un petit film, Carnival of souls (1962). Cette référence est particulièrement évidente dans les premières séquences (la poursuite dans le cimetière...). Pourtant, on pense plutôt à un western horrifique pour les scènes de siège très efficaces qui arrivent ensuite. Les morts-vivants se détachent de façon lugubres dans la nuit de façon vraiment impressionnante. Les scènes de meurtre et les actes de cannibalismes sont oppressants, répugnants.

La nuit des morts-vivants a aussi une charge politique très importante. Romero décrit une société en pleine déliquescence, dans laquelle les personnages sont perdus et isolé au milieu d'une Amérique en déroute. Le retour des morts à la vie est décrit comme la conséquence d'une catastrophe écologique. L'ordre social et les valeurs de la civilisation s'effondrent. Des zombies tuent des membres de leur propre famille, ou se livrent à des actes de cannibalisme. Quant aux rescapés, ils compromettent leurs chances de survie en se disputant stupidement pour des enjeux de pouvoir ou à cause de préjugés racistes et sociaux. A la fin du film, l'ordre paraît sur le point d'être rétabli par l'armée et les miliciens. Mais, il s'agit d'un ordre brutal et stupide. Les dernières scènes de chasses aux zombies sont inoubliables par leur violence et leur cruauté. Le générique de fin, qui nous montre des cadavres tirés à l'aide de crochets de bouchers vers un immense bûcher, comme pour une orgie d'extermination, est inoubliable.

Pessimiste et terrifiant, La nuit des morts vivants est un immense classique. Il va lancer toute la vague des films de zombies des années 1970-80. Et surtout, il a repoussé les tabous qui pesaient sur la représentation de la violence dans le cinéma, permettant enfin au spectateur de regarder la mort en face. Les petites longueurs et l'interprétation parfois un peu maladroite soulignent encore l'étrangeté dérangeante de ce film plus qu'elles ne gênent le spectateur. Romero donnera deux suites à La nuit des morts-vivants: Zombie (1978) et Le jour des morts-vivants (1985).
«
Remake
Clint 13/08/2005
Ce film sera également remaké par Tom Savini, maquilleur attitré de la trilogie et pillard barbu dans Dawn of the Dead. Un remake honnête qui perd en contenu politique ce qu'il gagne en rythme.
ahhhhhhhhhh
douceplume 05/11/2004
Mais... j'arrive pas à regarder çaaaaaa !
Tenez, prenez ça et puis ça et puis encore ça !
L'Appel de Cthulhu 7e Édition est copyright © 1981, 1983, 1992, 1993, 1995, 1998, 1999, 2001, 2004, 2005, 2015 de Chaosium Inc.; tous droits réservés. L'Appel de Cthulhu est publié par Chaosium Inc. « Chaosium Inc. » et « L'Appel de Cthulhu » sont des marques déposées de Chaosium Inc. Édition française par Edge Entertainment.
Merci à Monsieur Sandy Petersen !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .