Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Campagne | Cthulhu hack | La Ville en Jaune
Vonv

le 25.09
à 13:55

  
texte de Eric:

Le 28 septembre commence le financement participatif de la Ville en Jaune pour Cthulhu Hack.

C'est une campagne dans l'univers de Cthulhu en deux tomes : un guide de strasbourg occulte, et La Ville en Jaune, une campagne située dans le Strasbourg des années 20.

Ambiance : enquête, complots, et altération de la réalité.

Voilà quelques infos supplémentaires sur la Ville en Jaune, à commencer par la préface de Léo Henry :

"J'ai passé à Strasbourg une quarantaine d'années – toute mon existence ou presque – dont trente à pratiquer le jeu de rôle. Sans quitter la table, j'ai vadrouillé de Berlin 18 à Night City, de Laelith à Nuln, de Coruscant à Jérusalem, et jusqu'à Innsmouth, Arkham et Leng. J'ai rayonné, depuis Notre Dame, dans une France ultra franchouillarde infestée d'Anges et de Démons. Aucun de ces chemins, pourtant, ne m'a jamais amené jusque chez moi. Strasbourg, sans doute parce que c'est là que je vis, rêve et joue, m'a toujours semblée trop proche, trop quotidienne et banale pour se faire terre d'aventure. C'est aussi qu'il y a quelque chose de calme propre à ma ville, de lisse, d'apaisé. Strasbourg ne m'est pas étrange : elle est la mesure à partir de laquelle je saisi le reste du monde.

Il y a la Cathédrale, pourtant, et c'est ce que remarquent tous les visiteurs, quels qu'ils soient et quelles que soient leurs attentes. Une construction trop grande, complexe et grouillante de détails pour ne pas émerveiller, ne pas saisir l'esprit. La Cathédrale est l'arbre de grès cyclopéen qui cache la forêt de mystères. Dans Le Monde des Ténèbres : France publié en 1997, tous les secrets de la ville tournaient autour de cette construction, au point que c'en devenait presque grotesque. La lecture de ce supplément m'avait conforté dans mon idée que Strasbourg n'était pas un terrain de jeu. Qu'il y manquait des strates, des récits, un imaginaire puissant. Puis Éric Dedalus est arrivé, avec son guide du fantastique strasbourgeois. Et il a tout déplié.

Le travail que vous avez entre les mains est exemplaire.

D'abord parce qu'il a été compilé par quelqu'un qui connaît très bien la ville, ses faubourgs, ses environs. Un chercheur qui ne se laisse pas dérouter par les signes les plus évidents, les chemins les mieux balisés. Bien sûr, on retrouve dans son guide, et de manière détaillée, ce que l'on croit déjà connaître : l'héritage franco-allemand, les colombages, la gastronomie, Notre Dame. Mais il y a aussi, il y a surtout, tout le reste : vingt siècles d'une histoire dense et complexe, de conflits et de guerres, d'archéologie, le mur païen, les temples à Mithra, les magiciens juifs, l'imprimerie, Cagliostro... Des mystères comme s'il en pleuvait, des pistes d'aventures à peine enfouies, des fils qu'il suffit de tirer pour en faire des histoires.

J'ai été heureux de retrouver dans ces pages quelques secrets connus, il me semble, des seuls locaux – Freddy derrière le comptoir de la Hache, les ginkgos de la place de la République... – et plus encore de découvrir des éléments dont j'ignorais totalement l'existence – à commencer par le salon ésotérique du club Pythagore. Il y a tout ce qu'il vous faut, dans ce panorama. Il y a un peu plus encore. C'est qu'Éric Dedalus a réuni pour vous un travail de recherche et de vulgarisation colossal.

Si vous le cherchez à Strasbourg, c'est d'ailleurs certainement dans une bibliothèque que vous le trouverez, en train d'éplucher des livres anciens, de relever des illustrations, des plans pour sa documentation graphique.

Et puis, il y a le gros morceau fictif, la campagne La Ville en jaune. Elle prend pour toile de fond un événement peu connu de l'histoire locale : la Grande Percée et ses travaux de modernisation urbaine. La trame tient sur une idée qui me plaît particulièrement, et qui rejoint mon intuition première : Strasbourg est une façade. Derrière ses apparences de ville policée, propre, ordonnée par le commerce et le tourisme, il y a un gouffre. Plus qu'ailleurs, peut-être, le masque de la normalité tient bon, collé au visage par une épaisse glu de protestantisme, de bourgeoisie prospère, d'histoire longue, de folklore. Mais cela ne rend la face qu'il dissimule que plus terrifiante encore. Strasbourg est une illusion plaquée sur des abîmes d'horreur. Voilà ce que les Investigateurs vont découvrir à leur dépend. Au terme de leur voyage, s'ils en reviennent vivant et suffisamment sain d'esprit, c'est la normalité elle-même qui se fera porteuse de toutes les inquiétudes : la banalité comme signe avant-coureur d'une horreur sans fond.

Il faut noter enfin qu'Éric Dedalus s'appuie pour ce travail sur de solides ancêtres. Il y a cent ans de cela, l'imaginaire alsacien a connu une vogue incroyable et s'est diffusé loin au-delà des frontières françaises. Erckmann et Chatrian en furent les chantres, l'Annexion de 1871 leur servit de porte-voix, et on lut leurs contes fantastiques jusqu'à Providence, Rhode Island. Le jeune H.P. Lovecraft tenait ces écrivains de l'Est pour des modèles d'écriture. « Leur aisance à créer une atmosphère de terreur est admirable, écrit-il, et leurs contes portent la marque de l’horreur la plus grande. Certaines contiennent des abîmes sans fond de ténèbres et de mystères. »

La leçon est peut-être celle-là : ne vous laissez jamais tromper par la banalité des apparences.

Rien ne vous protège parce que rien n'est normal. Même chez vous, vous n'êtes pas à l'abri.

Et maintenant, laissez-vous guider par Éric Dedalus.

Bienvenue à Strasbourg.

Léo Henry

Il y aura trois éléments dans le financement participatif :
- Le guide occulte de Strasbourg (qui décrit l'histoire de Strasbourg, pointe les éléments occultes intéressants, et selon le succès du financement participatif proposera des graines de scénarios cthuliens).
- La Ville en Jaune (campagne en deux grands actes, se déroulant à Strasbourg pendant les évènements de la Grande Percée, des travaux visant à assainir les espaces urbains de la ville).
- Un pack du meneur, qui contiendra un trombinoscope des PNJ rencontrés, un écran de jeu 3 volets rigide, cinq dossiers de prétirés, une pochette d'aides de jeu et un poster de Strasbourg en 1920.

Les paliers permettront d'ajouter du contenu au guide, à la campagne, ainsi que de nouvelles aides de jeu (par Maxime Plasse) et de nouveaux portraits (par Christophe Swal).

Le pitch de la campagne :

Strasbourg, septembre 1920. La ville a été libérée il y a peu et se remet enfin à vivre après les dures années de privation de la Der des Ders. Dans l’euphorie de l’après-guerre, elle relance le chantier pharaonique de la Grande Percée, un immense projet d’urbanisme visant à détruire plusieurs centaines d'immeubles insalubres. La ville projette de reconstruire à ces emplacements des habitations modernes bordées de grandes artères aérant la ville. Initié par les Allemands, le projet a été interrompu par la guerre. Maintenant qu’il a repris, de trop nombreux problèmes surviennent dans les innombrables chantiers nécessaires à l’opération. Des ouvriers dont le rôle est décisif pour la poursuite du chantier se font porter malade, des matériaux difficilement remplaçables disparaissent du jour en lendemain, même lorsqu’ils sont surveillés. Des murs et des plafonds, œuvres d’architectes réputés, s’effondrent contre toute attente. Des banques se mettent à geler les crédits alloués à la reconstruction. Bref, le destin semble s’acharner pour que les immeubles détruits ne renaissent jamais de leurs cendres. Le responsable du projet charge les personnages des joueurs d’enquêter à leur sujet. Arriveront-ils à comprendre quel sombre projet se trame derrière cette opération d’urbanisme de très grande ampleur ?

Livraison prévue deuxième semestre 2021.

https://www.gameontabletop.com/cf414/la-ville-en-jaune.html
Darkkeeper

le 28.09
à 18:22

  
Hum... J'attends de voir.

J'adore Carcosa et le Roi en Jaune, mais Strasbourg ne me fait pas rêver. On verra.

Que Nyarlathotep veille sur toi...

Shubby

le 30.09
à 21:24

  
Aaah ! Strasbourg et son fameux zoo n°6...

"Nous verrons plus tard."

Eric

le 18.10
à 11:17

  
Hop, un petit post alors qu'on arrive en fin de campagne : le financement a permis de débloquer toutes les illustrations possibles, de la scène pleine page aux PNJ les plus mineurs. Un troisième livre offert aux pledgeurs de la contrepartie Cité se profile dans les derniers strech goal !

Il reste jusqu'à lundi soir pour participer à cette campagne inédite de création française : https://www.gameontabletop.com/cf414/la-ville-en-jaune.html

Poster une réponse
Pseudo 
MotDePasse

(si vous êtes toceur)

Email 


      
Légende :

: signifie que ce message a été édité par son auteur.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .