Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Oripeaux - Apparition d'Hastur... ou pas
Memenne

le 16.05
à 12:41

  
Hello,

Je suis perdu à la lecture du dernier chapitre du livre 1.
Si les investigateurs interrompent la pièce jouée par Edwards et les adorateurs, Hastur apparaît-il ou pas ?

À la lecture du paragraphe "L'arrivée d'Hastur", p. 80, on dirait bien qu'Hastur apparaît de toute façon. Pourtant, par après, le texte mentionne plusieurs fois à "Si Hastur est libéré", ce qui voudrait dire qu'il ne l'est pas d'office.

Quid ?

Manu

Heu...

Wyrddin

le 16.05
à 16:25

  
Je comprends les choses comme ça :

Hastur apparaît dans tous les cas à Carcosa, cependant, selon le moment où les PJ interviennent et la nature de leurs actions, les conséquences de cette apparition seront différentes sur Terre autour de la zone (cf. les conséquences en SAN et les deux coupures de presse alternatives).

En pratique je l'ai fait jouer comme ça il y a quelques semaines.

La folie arrive quand l'attente accule.

Memenne

le 16.05
à 20:08

  
OK, mais on part donc du principe qu'il apparaît de toute façon.

Bon, voyons comment gérer ça...

Heu...

Wyrddin

le 20.05
à 19:29

  
Si ça peut t'aider, on peut considérer qu'Hastur (qui incarne par ailleurs la quintessence du voyage interstellaire avec les byakhees et tout) n'a pas vraiment besoin qu'on l'appelle pour se pointer à Carcosa.

On peut donc considérer que même si le rituel pour le libérer n'a pas abouti, l'attention d'Hastur a été attirée par cet événement et qu'il se présente là où ses caprices le mènent, sans d'ailleurs le moindre intérêt pour quoi que ce soit d'autre que répendre la folie et la mort.

En ça il est différent du Roi en Jaune, ce que seul Quarrie a compris.

En partant de là on ne peut pas dire que l'action des investigateurs n'a pas d'effet (ce serait frustrant) mais que son effet se limite à l'impact que sa venue a sur Terre. En passant, Tim Wiseman qui a assurément un très bon sens de la mise en scène, fait en sorte que personne ne puisse passer à côté de cette séquence des plus marquantes dans la campagne.

La folie arrive quand l'attente accule.

Memenne

le 23.05
à 16:27

  
Merci pour cette explication.

J'ai juste un peu de mal à faire la distinction entre Hastur et le Roi en Jaune, ayant toujours cru que c'était chou vert et vert chou.
Je suppose que je devrais me replonger dans le Malleus Monstrorum...

Heu...

Wyrddin

le 17.06
à 01:48

  
Le Roi en Jaune est un avatar d'Hastur (au sens théologique) donc une incarnation.

Il est (pour ce que j'en ais compris pour la campagne) la forme d'Hastur qui a la capacité de se mêler aux hommes, de descendre parmi eux et de posséder leur esprit en ciblant les artistes, les rendant fous pour répandre son contrôle en faisant d'eux ses messagers. Hastur quant à lui est une monstruosité immense et sans projet pour l'humanité.

Il faut aussi bien se souvenir du parallèle qui est fait entre la Trinité d'Hastur, du Roi en Jaune et de l'Étranger avec celle, chrétienne, du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

C'est tout l'objet des thèses de Quarrie sur l'evhemérisme et surtout de la seconde partie de la campagne, avec l'entreprise de Malcolm Quarrie, le pèlerinage de la Grâce, avec les Fratelli del Signo Giallo de Milan.

La folie arrive quand l'attente accule.

Memenne

le 21.06
à 10:14

  
Pfouh ! C'est un tantinet compliqué...

Heu...

Wyrddin

le 30.06
à 00:04

  
C'est ce qui fait que cette campagne est ultra classe.

La folie arrive quand l'attente accule.

Wyrddin

le 13.07
à 15:13

  
Memenne a dit...
Pfouh ! C'est un tantinet compliqué...
À bien y réfléchir, je dirais que ce n'est pas si compliqué que ça.
Ça intègre effectivement pas mal de niveaux de lecture possibles mais l'interprétation est surtout dans les mains des joueurs.

Il suffit de voir la légèreté de l'intrigue qu'il leur reste à élucider pour réaliser que l'atmosphère devient le centre du récit. D'ailleurs à ce stade là, je pense que la campagne ne fonctionne que si les joueurs sont très impliqués dans l'interprétation de leur personnage. Mais si c'est le cas, la récompense est au rendez-vous.

En fait, ce qui me semble le plus astucieux de la part de Tim Wiseman dans les Oripeaux du Roi, c'est l'effet de gradation de la menace qui est très inhabituel.

Contrairement à l'essentiel des campagnes publiées, l'antagoniste final n'est ni plus dangereux, ni plus malveillant, ni plus insaisissable. Il est au contraire plus ambigu, plus compréhensible, plus humain. Le rapprochement du culte mené par Quarrie d'avec la religion chrétienne (probablement celle des investigateurs vu leur origine Londonienne) y participe beaucoup.

Ainsi, dans la troisième partie de la campagne, après avoir successivement croisé un culte ambitieux et destructeur et un second culte primitif et dégénéré, les investigateurs poursuivent un culte spirituel, artistique et sophistiqué, mené par un homme bon et moral.

Et plus ils avancent, plus le doute s'installe.

La folie arrive quand l'attente accule.

Memenne

le 16.07
à 08:51

  
J'avoue que je n'ai pas encore lu les deuxième et troisième chapitres. Je vais me plonger dans cette lecture en me fouettant pour tant de négligence...

Heu...


Poster une réponse
Pseudo 
MotDePasse

(si vous êtes toceur)

Email 
Drag to order
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
      
Légende :

: signifie que ce message a été édité par son auteur.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .