Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Les oripeaux d'Elor
Elor

le 22.11.2016
à 14:11

  
Rebonjour a tous !
je vous avais demandé un coup de main il y a quelques temps concernant la campagne des oripeaux et vous m'avez bien aidé, je me suis donc dit que ça pouvait être sympa que je poste de temps à autre un petit compte-rendu , comme j'ai pu voir que ça se faisait couramment par ici :)
De plus ça permettra aussi d'échanger idées, questions, suggestions et autres... ça peut être qu'interessant, surtout pour moi, pauvre gardien débutant ^^
C'est donc ici que je posterai ces CR
en attendant, que l'innommable vous garde ! (moi j'ai pas le temps ;p)

tentaculairement votre,

Hellcow

le 22.11.2016
à 16:25

  
Cool !

J'adore les CR et j'adore cette campagne !

Hâte :)
Bibibye

le 22.11.2016
à 16:58

  
Bonne chance pour cette campagne ! J'arrive dans la dernière ligne droite pour ma part !
Elor

le 23.11.2016
à 15:49

  
voici pour commencer une petite présentation des 4 protagonistes :)

Les Oripeaux du Roi / personnages

Thomas Smith

Ancien professeur d’histoire, Thomas a quitté son poste pour devenir détective privé suite au meurtre de sa femme et à la disparition de sa fille unique, Sarah, dans des conditions restées mystérieuses. Ayant gagné depuis une certaine réputation, il arrive à vivre de ses enquêtes, et continue en parallèle ses recherches dans l’espoir de retrouver un jour sa fille. Il sort peu, si ce n’est pour déguster son éternel whiskey toujours dans le même bar, dont il connait bien le patron. Un certain Bobby William. Il s’est fortement lié d’amitié à ce dernier, qui était même devenu le parrain de la petite Sarah, avant sa disparition.

Bobby William

Bobby William est un homme d’une quarantaine année immigré en Angleterre il y a 10 ans, en même temps que Pedro, un jeune hispanique qu’il a pris sous son aile. Ayant un lourd passé de délinquance et d’appartenance à un gang en Amérique, il a repris sa vie à zéro et tient aujourd’hui un bar au centre de Londres. Pedro l’aide durant les soirs d’affluence. Il s’est au fil des années lié d’amitié avec un de ses clients réguliers, Thomas, et depuis que celui-ci est devenu détective, il lui arrive de l’aider lorsque il le peut, puisque son statut de barman lui offre l’accès à des contacts, informations ou rumeurs venues de la rue.

Rose Adams

Grande et fine, Rose est une jeune femme de 28 ans à l’apparence soignée. Elle est psychologue et a publié quelques articles sur le sujet, mais a tout de même un peu de mal à boucler ses fin de mois, même si elle essaye de le cacher. Elle vit seule avec son fils de 10 ans, le père étant parti vivre à l’étranger peu avant qu’elle apprenne son état de grossesse.
Elle a eu une enfance plutôt tumultueuse, puisque son père a disparu en mer et que dès lors, sa mère a lentement perdu la raison et commençait à la maltraiter. Celle-ci a été placée en asile psychiatrique et Rose a continué sa vie dans une famille d’accueil. Elle a donc très peu d’attaches, ni de liens.

John Smith

Assez maigre, le visage allongé, les joues creuses et sans vraiment de coupe de cheveux définie, John est un jeune Antiquaire (27 ans) qui vit à Londres avec son fils. L’amour de sa vie est mort il y a deux ans en Afrique d’une maladie inconnue, alors qu’avec son fils ils accompagnaient John dans la recherche d’un objet rare, recherche qu’il a d’ailleurs abandonnée. Malgré une longue période de dépression, il continue de tenir sa petite boutique. Il a, depuis ce fameux voyage, adopté un train de vie plutôt calme.

tentaculairement votre,

Vonv

le 23.11.2016
à 21:08

  
Faire attention aux balises [ img ] et surtout à la taille des images
Elor

le 24.11.2016
à 08:01

  
oui, je suis navré c'était pas une tres bonne idée ^^
je vais éviter les images c'est plus simple... en tout cas tant que je maitrise pas les outils du forum :)

tentaculairement votre,

Elor

le 29.11.2016
à 07:37

  
petit scénario d'intro pour commencer :)
Les Oripeaux du Roi CR #0
Septembre 1928, Londres. L’hiver approche. La nuit va tomber, un homme traverse avec empressement une rue déserte. Il s’agit de Thomas Smith, qui se rend au pub de son ami Bobby pour lui annoncer que l’on vient de lui confier une nouvelle enquête, laquelle pourrait avoir un lien avec la disparition de sa fille. En effet, depuis deux mois, plusieurs cas de disparitions d’enfants ont été constatés dans la ville de Londres et ses environs, et demeurent irrésolus. Une Jeune fille, Amanda Johnson, aurait disparu encore la veille et sa mère Mme Claire Johnson, avait décidé de confier ce cas à un détective privé, ne croyant plus vraiment aux capacités des forces de l’ordre dans cette affaire.
Il propose par la même à Bobby de l’accompagner dans ses investigations, qui accepte volontiers. Alors qu’ils en discutent une jeune femme les accoste, se présentant comme Mme Rose Adam, psychologue. Elle leur explique l’air gênée qu’elle a également perdu son enfant durant la vague d’enlèvements, et leur demande de la laisser les accompagner. Son fils était tout ce qu’il lui restait…

Mme Johnson les accueillera donc le lendemain dans sa demeure. Apres quelques présentations, elle leur expose la situation. Sa fille a disparu, tout simplement disparu. Quelques heures après qu’elle ait été se coucher, la domestique a entendu un cri venant de la chambre. Croyant que la petite avait fait un cauchemar, elle s’y précipite, mais la chambre est vide. Les lumières éteintes, la fenêtre fermée de l’intérieure, et le lit défait. Après quelques investigations, Thomas remarque que les draps sont disposés comme si ils avaient été tirés depuis le dessous du lit. Mais ne voyant rien de suspect sous le lit, il ne sait quoi faire de cette information.
Les 3 investigateurs décident de passer la nuit sur place, mais ils ne trouveront rien de plus. Ils vont chercher des éléments d’enquête chez les autres victimes, et remarquent que la situation est toujours la même : l’enfant disparait durant la nuit, dans une pièce fermée, sans laisser de traces, et souvent les parents ont entendus un cri. Chez une des victimes ils trouvent un morceau de tissu, un peu collant, qui semblerait être de la toile d’araignée. Le père de l’enfant disparu, prénommé John, leur apprends que son fils était arachnophobe. Rose, Thomas et Bobby émettent alors l’hypothèse que la disparition de l’enfant ait un lien avec sa peur le plus profonde, hypothèse qui se confirmera grâce aux autres cas… Amanda Johnson avait toujours eu peur du monstre sous son lit…
John leur demande, avant qu’ils s’en aillent, s’il peut les aider, ou du moins les accompagner durant leur enquête. Ils accepteront volontiers, toute aide étant la bienvenue même si ils s’en méfient quelque peu au début.
Avant de se séparer ce soir-là, ils sont contactés par un certain Steven Queen, journaliste, qui a eu vent de leurs recherches et voudrait échanger des informations.

tentaculairement votre,

Elor

le 29.11.2016
à 07:38

  
Ils se rendront donc chez lui le lendemain, mais se heurteront à une porte close. Malgré un bruit de douche, personne ne réponds ni ne leur ouvre. Bobby finit par enfoncer la porte et ils découvrent au centre d’un minuscule appartement le corps de Steven, qui semble s’être donné la mort. Ils ferment la douche, et fouillent un peu l’appart. Ils y trouvent quelques papiers intrigants, avec des écritures telles que «je sais qu’il est là, tapis près de moi, je sens sa présence, dans les ombres de mon subconscient, il n’attend que le bon moment, bon dieu ! Que vais-je faire ? » Ou « ne pas, ne pas, nepasnepasnepasnepas----------- merde il a failli m’avoir cette saloperie… je suis condamné… », Les dossiers des différentes disparitions, une carte d’abonnement a la bibliothèque de Londres ainsi qu’un morceau de papier avec les numéros « BMB-451 » et « IHSV-383 p128 ».

Apres avoir averti la police, ils décident de dormir tous chez Rose, mais passent une très mauvaise nuit. Chaque fois que l’un d’entre eux s’endormait, il se retrouvait dans un terrifiant cauchemar. Pressentant que ça avait un lien avec leur enquête, ils décident d’éviter à tout prix de s’endormir.
Apres une nuit longue et éprouvante, les quatre compères se rendent à la bibliothèque de Londres, afin de rechercher les ouvrages référencés sur les papiers trouvés dans l’appartement du journaliste. Ils y trouvent un recueil de poésie, en cuir craquelé, et dont le passage relevé par le journaliste se trouve à la page 128 :
« De son histoire, se devine l’immortalité,
De ses actes, le savoir et la finalité,
De son âme, le vide incommensurable et oublié,
Puisses son esprit revenir en d’autres âges,
Pour accomplir enfin son ouvrage,
Mais prends garde, que ta vie ne se décline pas en pages,
Pour toujours. »
W. W. 1830.
L’autre numéro relevé fait référence à la bibliographie du moine Bernard, un vieil ouvrage à la reliure très abimée et qui raconte l’histoire d’un vieux moine franciscain confronté à une inexplicable série de disparitions d’enfants dans la région de Londres, qui accueillait un monastère franciscain. Apres une longue enquête, il démasque enfin un notable de la région, Wilburth Wallace, qui aurait vendu son âme au diable après que son fils soit mort du choléra. Il fut exorcisé dans la petite bourgade de Whitchborough et le mal fut extirpé de ses tripes au moyen d’une pince chauffée à blanc.
L’histoire se termine sur une note de superstition : le mal serait resté consigné dans un ouvrage scellé qui doit être oublié, à jamais.



À la fin de cette lecture, il devient évident pour eux que Whitchborough est leur seule piste, et ils décident de s’y rendre au plus vite. Apres une demi-journée de trajet dans la voiture de Thomas, ils atteignent le village, situé au nord de Londres, dans la campagne profonde. L’accueil qu’ils reçoivent est froid, et les villageois les redirigent immédiatement vers l’hôtel d’un certain Weembee. Ce dernier, plus chaleureux, leur louera volontiers une chambre

tentaculairement votre,

Elor

le 29.11.2016
à 07:40

  
Il les renseignera sur le monastère, et parle également de deux professeurs d’Europe qui sont venus il y a deux mois pour se rendre au monastère, et sont repartis sans même reprendre leurs affaires.
Le monastère, abandonné depuis une cinquantaine d’année (personne mis à part les européens n’y a pénétré depuis), se situe en pleine forêt, vers le nord.
Les investigateurs choisissent de s’y rendre sur le champ, sentant la menace du sommeil de plus en plus présente.
Ils parviennent à l’atteindre après une heure, grâce aux traces laissées par le passage des professeurs européens, mais se rendent compte arrivés là-bas que Bobby Williams a disparu… il n’est plus dans la voiture avec eux.


Apres avoir constaté la disparition de leur ami, ils comprennent la gravité de la menace qui pèse sur eux et commencent à courir. Ils trouvent un passage dissimulé dans la crypte du monastère, toujours en suivant leur piste. Il commence à faire sombre à l’extérieur, alors que la nuit tombe. John allume une torche et ils s’enfoncent dans les sous-sols.
Apres une longue descente, ils débouchent dans une immense pièce voutée, soutenue par de larges piliers. La lueur vacillante de la torche leur révèle alors toute une panoplie d’instruments vraisemblablement dédiés à la torture et la mise à mort, et au fond de la pièce un chevalet avec un livre ouvert. C’est précisément quand ils découvrent deux corps encore accrochés à l’un et l’autre de ces instruments, visiblement depuis peu, qu’ils pressentent un rapide passage dans leur dos.

La personne, ou plutôt l’entité qui les attaque se déplace extrêmement rapidement, mais semble sensible à la lumière de la torche. Thomas dégaine son arme et tire, mais c’est avec effroi qu’il constate l’inefficacité des balles sur cet être qui ne ressemble à rien de connu. Rose parviendra à le mettre hors d’état de nuire en le frappant violement à la tête, alors qu’il enserrait John avec ce qui semblait être des tentacules.
Sans perdre de temps, les 3 compères épuisés se dirigent vers le chevalet. Alors que Thomas l’atteint en premier, leur vue se brouille légèrement et sans vraiment comprendre comment, ils se retrouvent face à un escalier qui ne se trouvait pas la avant. Au fond, se trouvent une grande porte de bois sombre, que Bobby ouvre précipitamment. Ils se retrouvent alors au milieu d’une forêt, il fait sombre. Non loin d’eux se trouve Bobby, qui les rejoint rapidement l’air terrifié. Il leur explique en bégayant un peu qu’il est perdu dans cette forêt depuis une éternité.
Les quatre se mettent en route et après quelques instants, ils atteignent la lisière de la forêt, qui s’avère être en fait un parc de Londres. Ils pénètrent donc dans la ville. Sombre, glauque, formée d’ombres vivantes et de couleurs rougeâtres, elle semble une déformation terrible de Londres.

tentaculairement votre,

Elor

le 29.11.2016
à 07:41

  
Alors qu’ils se déplacent entre les bâtiments, ils se rendent comptent que tous les enfants qui ont disparu sont ici, poursuivis et tourmentés par leurs cauchemars les plus terrifiants.

Au loin, se dresse une citadelle, vers laquelle ils se dirigent, et alors qu’ils s’en approchent une silhouette imposante en émerge.
Le nouvel arrivant avance vers eux, un immense cimeterre à la main, et s’immobilise à quelques mètres. Il ne semble pas vouloir se battre, et Rose pressent même qu’il est poussé à agir contre sa volonté.
Alors qu’ils engagent une discussion, la porte du château s’ouvre à nouveau, et une nouvelle silhouette, minuscule cette fois, apparait. L’enfant s’adresse au géant, lui reprochant de ne pas avoir réussi à le protéger, et alors que celui-ci essaye de se justifier, la petite voix tombe comme une guillotine : « tu es méchant, papa. Je ne t’aime plus ». Et le géant s’effondre.
Alors que Bobby et rose vont voir de plus près le géant, Thomas s’approche de l’enfant et essaye de lui parler, pour mieux comprendre ce qu’il se passe. Autour d’eux, le décor commence à s’effondrer, des bâtiments tremblent. Thomas ressent quelque chose de terrible autour de l’enfant, comme une influence, une aura malsaine qui viendrait de son pendentif. Sans tarder, il fait mine de le prendre dans ses bras et arrache le collier de son cou, avant de le jeter au loin.
Au même moment, ils voient se lever là où se tenait précédemment le corps du géant, un vieil homme a l’air très fatigué. Il accourt vers l’enfant et le prends dans ses bras, puis en s’adressant à Thomas, il lui demande de prendre soin du livre, puisque c’est ce qui les maintiens, lui et son fils, en vie. Il lui demande également de le cacher, de sorte que plus jamais personne ne l’ouvre... et alors qu’il prononce ces mots, le cauchemar finit de collapser.
Ils ouvrent les yeux, mais ne voient rien. Il fait froid, et immédiatement une odeur terrible les agresse. Les ténèbres dansent autour d’eux…

tentaculairement votre,

Elor

le 25.01.2017
à 18:01

  
Bonsoir a tous !
après quelques essais infructueux, force est de constater que soit ce forum n'est pas fait pour les longs textes et les images, soit je suis trop mauvais pour m'en servir convenablement. Probablement les deux. ^^
Quoi qu'il en soit, j'ai essayé de bidouiller un autre moyen pour pouvoir quand même poster mes CR, mais sans trop faire de chenis, je vais donc les mettre ici : lien web
voila voila :)
mais du coup est ce que c'est possible de virer les longs messages inutiles que j'ai postés précédemment plus haut et qui polluent l'endroit ? merci :D

bien a vous !

tentaculairement votre,


Poster une réponse
Pseudo 
MotDePasse

(si vous êtes toceur)

Email 
Drag to order
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
      
Légende :

: signifie que ce message a été édité par son auteur.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .