Forums ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
La TocCyclopédie ■ Les Epoques
L'Epoque
5 janvier
Adolf Hitler devient le responsable de la propagande du Parti ouvrier allemand (Deutsche Arbeiteir Partei, DAP, extrême-droite).

10 janvier
Entrée en vigueur du traité de Versailles (juin 1919) qui ampute l'Allemagne de ses colonies et de nombreux territoires indispensables à son économie ; sévère contrôle de la production industrielle et agricole, confiscation des avoirs à l'étranger et de la flotte marchande ; démantèlement du potentiel militaire, lourdes réparations.

13 janvier
A Berlin, la troupe tire sur la foule de manifestants qui tentent de s'emparer du Reichstag, tuant 42 personnes.

15 janvier
Le maréchal français Foch devient chef de la Commission de surveillance de l'Allemagne.

16 janvier
Les Alliés exigent des Pays-Bas la livraison du kaiser Guillaume II.

23 janvier
Les Pays-Bas refusent de livrer Guillaume II aux Alliés.
La France exige que l'armée allemande soit réduite à 100 000 hommes et que lui soient livrés 900 criminels de guerre.

28 janvier
Vote d'une loi qui autorise les ouvriers à traiter des questions sociales, mais les écarte de la gestion de l'entreprise.

en janvier
Après onze mois de détention, l'agitateur communiste russe à Berlin Radek est expulsé d'Allemagne.
Enorme succès de la traduction allemande, par le journaliste antisémite Ludwig Müller, des Protocoles des Sages de Sion (un faux d'une centaine de pages réalisé vers 1903 par la police secrète tsariste et attribué aux chefs du judaïsme), légitimant la menace juive de domination du monde.

4 février
L'accord " Communauté de travail " conclu en novembre 1918 entre le patronat et les syndicats reçoit force de loi. Mise en place des conseils d'entreprise.
Hitler quitte l'armée.

5 février
Berlin refuse de remettre 890 criminels de guerre présumés aux Alliés.

10 février
Plébiscite au Schleswig-Nord pour l'union avec le Danemark : 75 431 oui (75 %) ; 25 329 non.

12 février
La Haute-Silésie est placée sous la tutelle de l'armée française et de la Commission de contrôle alliée.

24 février
Devant 2 000 auditeurs, au Hofbrauhaus Keller de Munich, Adolf Hitler lit le programme du DAP (en 25 points), appelé dorénavant Parti national-socialiste ouvrier allemand (NSDAP), dans lequel il dénonce le traité de Versailles. Dans la salle, Rudolf Hess, qui voit en Hitler un homme " capable de rétablir l'honneur de l'Allemagne ", décide d'adhérer à ce nouveau parti.

28 février
Contre l'avis du roi, le gouvernement belge décide d'envoyer des troupes belges occuper Francfort aux côtés de l'armée française.

en février
Le gouvernement allemand s'oppose à l'extradition du général von Ludendorff, du vieux maréchal von Hindenburg, de l'amiral von Tirpitz, de l'ex-chancelier Bethmann-Hollweg et du Kronprinz.

1er mars
Himmler suit des cours d'agriculture à Munich.

5 mars
Nouveau refus hollandais à la demande d'extradition de Guillaume II.

9 mars
A Rome, le groupe cinématographique italien UCI, dirigé par Giuseppe Barattolo, signe une convention avec son homologue allemand UFA, en vue d'une entente pour le contrôle du marché européen.

nuit du 12 au 13 mars
Coup d'Etat monarchiste : le général von Lüttwitz, commandant de l'armée dans le nord du pays, qui avait refusé d'obtempérer aux directives du traité de Versailles et avait été exclu de l'armée, marche sur Berlin avec la brigade de la marine du capitaine Ehrhardt.

13 mars
Les putschistes occupent Berlin sans résistance. Wolfgang Kapp se proclame chancelier. Von Seeckt, chef du Truppenamt, refuse son concours au gouvernement sous le prétexte que " la troupe ne tire pas sur la troupe ". Les autorités légales se réfugient à Dresde et à Stuttgart.

14 mars
Putsch de l'Orgesch en Bavière : l'armée renverse le gouvernement socialiste bavarois dirigé par Hoffmann (SPD). Il doit céder la place un régime de droite mené par von Kahr. La Bavière devient un abri pour les groupes extrémistes de droite.
Soulèvement communiste dans la Ruhr.

du 14 au 16 mars
Les fonctionnaires refusent de suivre Kapp. Von Seeckt se réfugie dans la neutralité. La grève générale donne le coup de grace au putsch.

17 mars
Dans la matinée, Kapp est contraint de se retirer. Lui et le général Lüttwitz prennent la fuite et se réfugient en Suède. Les corps francs désormais indésirables en Prusse se retirent en Bavière, ainsi que le général Ludendorff auquel Kapp avait dévolu le rôle de dictateur militaire du Reich.

? mars
La déception des forces ouvrières et démocratiques devant l'absence d'épuration des auteurs et complices du putsch de Kapp qu'elles ont combattu provoque des soulèvements. Le gouvernement charge les corps francs contre-révolutionnaires de la répression dans la Ruhr.

19 mars
La Ruhr est entre les mains des communistes. Les corps francs de Lützow, dépêchés pour écraser l'insurrection, doivent battre en retraite.

24 mars
Plébiscite au Schleswig-Sud avec Flensbourg : les habitants optent pour l'Allemagne par 248 148 voix contre 13 029.

25 mars
Signature de l'accord de Bielefeld entre les insurgés de la Ruhr et le ministre de l'Intérieur de Prusse Severing qui prévoit notamment la nationalisation des trusts.

26 mars
Démission du gouvernement Bauer.
Création de l'allocation chômage.

27 mars
Hermann Muller, SPD (socialiste), est nommé chancelier après que Bauer se soit retiré. Joseph Wirth (Zentrum) devient ministre des Finances.

31 mars
Adolf Hitler est démobilisé : il devient politicien professionnel, renforçant le caractère agressif du NSDAP.

en mars
Otto Braun, SPD, est nommé chef du gouvernement de Prusse.
Le général Hans von Seeckt est nomme chef de la direction de l'armée à la place du général Reinhardt.
Le putsch de Kapp provoque l'exclusion du gouvernement ministre de la Défense SPD Gustav Noske, car la plupart de ses camarades de parti le rendent responsable d'avoir manqué d'énergie face aux généraux révoltés.

du 2 au 6 avril
Sanglante répression de l'insurrection communiste dans la Ruhr par les corps francs du général von Watter. Poursuite des révolutionnaires qui s'étaient démobilisés suite à l'accord de Bielefeld jusque dans la zone démilitarisée. Les corps francs écrasent la révolte de Ruhr : 3 000 morts.

6 avril
Suite au renforcement du dispositif militaire allemand dans la Ruhr, l'armée française intervient, occupant Francfort, Darmstadt, Hombourg et Hanau.

9 avril
Le Congrès américain est favorable à la paix avec l'Allemagne. Le Sénat a refusé de ratifier le traité de Versailles.

10 avril
Le gouvernement belge décide d'intervenir sur la rive droite du Rhin.

14 avril
L'armée allemande occupe le Vogtland, sans rencontrer d'opposition.

du 16 au 17 avril
Les Français occupent Francfort, Darmstadt et Hanau jusqu'à ce que l'armée allemande évacue la Ruhr.

17 avril
Arrestation de Wolfgang Kapp à Stockholm, où il s'était réfugié.
Le chef des Armées rouges de Saxe, le communiste Max Hölz, en fuite en Tchécoslovaquie, est arrêté à Marienbad. Mais les Tchèques refusent pour l'instant de l'extrader.

30 avril
Formation de l'Etat de Thuringe. Les deux anciennes principautés de Reuss (villes de Gera et de Greiz) sont rattachées à ce nouveau Land.

en avril
Le capitaine Ernst Röhm, un ancien membre du corps franc (Freikorps) affecté au commandement militaire de Munich, est devenu l'intermédiaire entre l'armée et Hitler. Röhm envoie des membres du Freikorps grossir les rangs du NSDAP et défend aussi les intérêts du parti.
Représentant norvégien à la SDN, Fridtjor Nansen négocie directement avec Moscou le retour des prisonniers de guerre russes, allemands et austro-hongrois.

5 mai
L'Allemagne et la Lettonie signent le traité de Berlin.

17 mai
Les troupes franco-belges évacuent Francfort.

20 mai
Le Congrès américain adopte une résolution qui déclare la fin de l'état de guerre avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie (le président Wilson mettra son veto à cette décision).

1er juin
Joachim von Ribbentrop épouse Annaliese Henckel, fille d'un grand fabricant allemand de vins mousseux.

5 juin
Première Foire exposition internationale du dadaïsme, à la galerie Otto Burchard de Berlin.

6 juin
Election d'un Reichstag remplaçant l'Assemblée nationale : Participation de 79,2 %. SPD 21,7 % (102 élus, - 43), USPD 17,9 (84, + 62), DNVP 15,1 (71, + 27), DVP 13,9 (65, + 46), Z 13,6 (64, - 27), DDP 8,3 (39, - 36), BVP 4,4 (21), KPD 2,1 (4), autres 3 (9). La coalition de Weimar (SPD, DDP, Z) perd la nette majorité acquise en 1919 : la République ne trouve que 43,6 % de partisans. Mais au total, partisans et adversaires de la République se neutralisent : aucun ne dispose de la majorité.

8 juin
Démission du gouvernement Müller.

14 juin
Décès à Munich du sociologue et philosophe Max Weber, 56 ans.

15 juin
Les nouvelles frontières entre l'Allemagne et le Danemark sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schleswig du Nord.

21 juin
Constantin Fehrenbach, Zentrum, est nommé chancelier d'un gouvernement de coalition centre droit (DDP, Z, DVP). Le SPD se retire du gouvernement et tolère le nouveau gouvernement. Joseph Wirth demeure ministre des Finances.

22 juin
Les Alliés fixent le montant des réparations de l'Allemagne à 12,5 milliards de livres sterling.

26 juin
Le député socialiste indépendant (USPD) Gareis est assassiné à Munich par l'extrême droite. Début des crimes de la Vehme : exécution sommaire des " traîtres à la patrie " (pacifistes, démocrates, hommes de gauche) par des groupuscules clandestins.

en juin
Les nazis d'Hitler sont descendus dans les rues de Munich. Ils y ont défilé par des drapeaux rouges sang et les anciens militaires que leur a envoyés Ernst Röhm. Hitler a choisi la couleur rouge pour le parti en raison de son effet de choc et pour défier les communistes.

4 juillet
Décès à Grossjena du sculpteur et peintre Max Klinger, 63 ans.

5 juillet
Délégués alliés et Allemands se réunissent au château de la Fraineuse, à Spa, dans les Ardennes belges, pour examiner le problème de l'indemnisation des dommages subis par les Etats vainqueurs pendant la guerre et fixer les délais du désarmement de l'Allemagne.
Le Danemark prend possession du Nord-Schlesvig.

11 juillet
Plébiscite en Prusse-Orientale et Occidentale (Allenstein et Marienwerder) : 97 % pour le rattachement à l'Allemagne.

16 juillet
Conférence de Spa (Belgique) entre les Alliés et l'Allemagne sur les dommages de guerre : le montant de la dette n'est pas chiffré ; l'Allemagne doit s'engager à livrer deux millions de tonnes de charbon par mois. Le Reich accepte d'appliquer toutes les clauses du désarmement d'ici au début 1921. Toutefois, l'industriel Hugo Stinnes se met en avant en refusant abruptement les demandes de réparations, et trouve un écho enthousiaste dans les milieux nationalistes.

24 juillet
Fin du référendum ayant permis la consultation des populations d'Eupen et de Malmédy concernant la question du rattachement de ces territoires à la Belgique. A Eupen, sur un total de 13 975 personnes, seules 208 non ont été enregistrées. A Malmédy, seulement 58 personnes sur un total de 36 910 se sont manifestées contre le décret. Pas la moindre protestation à signaler dans les communes de Bévercé, Bellevaux et Waismes.

25 juillet
Le Britannique Winston Churchill soulève une tempête de protestations avec son article sur " Le péril venu de l'Est " : il y prône une alliance avec l'Allemagne contre les bolcheviks.

du 7 au 8 août
Fondation officielle du NSDAP d'Adolf Hitler. La croix gammée est adoptée officiellement comme emblème du parti nazi (?).

8 août
Adolf Hitler a exposé sa politique envers ce qu'il appelle le " problème juif " à des Autrichiens de Salzbourg.

17 août
Importantes émeutes à Katowice, en Haute-Silésie. Intervention des Français.

en août
Hitler place à la tête des Ordnertruppe, unités de choc chargées de sa protection, un ancien détenu et bagarreur de bistrot notoire, Emil Maurice.

1er septembre
Le réalisateur Ernst Lubitsch présente à Berlin Sumurun, d'après une pantomine orientale du metteur en scène Max Reinhardt, avec Pola Negri, Jenny Hasselquist, Paul Wegener et Ernst Lubitsch lui-même dans le petit rôle du bossu.

6 septembre
Ouverture à Stresa d'une conférence de rapprochement germano-italienne.

20 septembre
Le conseil de la Société des Nations accepte la cession par l'Allemagne des régions d'Eupen et de Malmédy à la Belgique.

29 septembre
Inauguration de la grande station de Nauen, appartenant à la Société de télégraphie sans fil.

30 septembre
Les autorités françaises prennent possession du Togo, ancienne colonie allemande.

1er octobre
Fondation de l'Union Rhin-Elbe des charbonnages et aciéries germano-luxembourgeois.

2 octobre
Décès à Berlin du compositeur Max Bruch, âgé de 82 ans.

12 octobre
Congrès du Parti socialiste indépendant (USPD) à Halle : décision majoritaire d'adhérer à l'Internationale communiste.

15 octobre
Parution de l'almanach Dada, publié par Richard Huelsenbeck, membre du mouvement dadaïste.

29 octobre
Le réalisateur Paul Wegener présente à Berlin sa seconde adaptation cinématographique du roman fantastique de G. Meyrink, le Golem.

3 novembre
Le groupe industriel Siemens-Schukert se joint à l'Union Rhin-Elbe des charbonnages et aciéries germano-luxembourgeois.

9 ou 17 novembre
Dantzig (aujourd'hui Gdansk) est proclamée ville libre sous contrôle de la SDN : corridor polonais.

15 novembre
A Nuremberg, représentation à huis clos du drame révolutionnaire l'Homme masse, d'Ernst Toller.

17 novembre
Le conseil de la SDN autorise la constitution de l'Etat libre de Dantzig.

30 novembre
La Prusse devient un Etat libre, parlementaire et démocratique. Le président du Conseil est le social-démocrate Otto Braun.

du 4 au 7 décembre
A Berlin, congrès fondateur du Parti communiste allemand rénové. L'USPD rejoint majoritairement le KPD.

du 15 au 22 décembre
Conférence de Bruxelles sur les dommages de guerre.

31 décembre
La France met en garde l'Allemagne contre le non-paiement de ses obligations en matière de réparations.

en décembre
Ernst Röhm a réuni la somme de 60 000 marks dans le but d'acheter un journal au parti nazi. Une grande partie de cette somme provient des fonds secrets de l'armée, de l'argent rassemblé par le supérieur direct de Röhm, le général von Epp, qui a aussi obtenu des contributions de la bourgeoisie de Munich. Röhm reprend un titre qui croulait sous les dettes, le mensuel antisémite Völkischer Beobachter (" l'Observateur raciste "). Ce journal devrait permettre à Hitler de diffuser mieux encore ses idées auprès du public. Le premier rédacteur en chef est Dietrich Eckhart, un dramaturge et poète médiocres (celui-ci apprend aussi à Hitler à bien se conduire).
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .