Forums ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
La TocCyclopédie ■ Les Epoques
L'Epoque
début janvier
Dans une série d'articles publiés en Angleterre, en Amérique, au Portugal et en Scandinavie, l'ex-Premier ministre britannique Lloyd George déclenche une polémique en accusant la France d'impérialisme. Il motive son accusation sur le complaisant accueil que l'idée de l'annexion de la rive gauche du Rhin reçoit de l'opinion publique française.

2 janvier
Nouvelle chute du mark : le dollar s'échange à 7 260 marks.

7 janvier
Conférence européenne des partis communistes à Essen pour protester contre l'impérialisme français.

9 janvier
A Londres, la Commission des réparations constate le retard des livraisons de charbon allemand.

11 janvier
A la suite d'un nouveau retard de livraison de bois et de charbon, trois divisions franco-belges (60 000 hommes) occupent la Ruhr, à l'instigation de Poincaré, le chef du gouvernement français. Il s'agit d'appuyer militairement l'action d'une commission d'ingénieurs venue assurer les livraisons dues par les patrons des mines de charbon.

15 janvier
A Bochum, un groupe de 500 manifestants provoque les troupes françaises faisant leur entrée dans la ville par des chants antifrançais. Les soldats français tirent dans la foule, tuant un lycéen.

15 ou 19 janvier
Encouragé par l'indignation exprimée par l'opinion dans toutes ses composantes, le chancelier Cuno ordonne aux fonctionnaires et surtout aux cheminots de refuser d'obéir aux ordres des occupants, mais sans faire la grève : résistance passive.

17 janvier
La France prend de nouvelles mesures plus sévères à l'égard de l'Allemagne : occupation des installations industrielles, réquisition du bois, du charbon, des moyens de transport, mise en place de barrages de police, confiscation de salaires, de sociétés privées, d'impôts et de droits de douane.

19 janvier
Le gouvernement allemand interdit aux administrations de suivre les consignes de l'occupant.

25 janvier
L'occupation alliée de la Ruhr pousse l'économie allemande dans l'abîme. Le mark a perdu presque toute sa valeur (18 000 marks pour 1 dollar).

27 janvier
Le territoire occupé par les Français en Allemagne est fermé par une frontière douanière.

du 27 au 29 janvier
Troisième congrès du Parti national-socialiste d'Hitler, à Munich : 22 000 membres. Le parti fait défiler 5 000 SA dans les rues de la capitale bavaroise malgré les interdictions.

29 janvier
Les occupants instaurent l'état de siège dans la Ruhr.

30 janvier
Français et Belges interdisent l'envoi de charbon vers l'Allemagne non occupée.

en janvier
Congrès du KPD à Leipzig : le Parti communiste allemand est dominé par la tendance de droite, Brandler et Thalheimer, dite de front unique (avec le SPD).
Kurt Schwitters, un peintre établi à Hanovre, fonde la revue dadaïste Merz.

1er février
L'occupation franco-belge de la Ruhr prive l'Allemagne d'une partie de son charbon.
47 500 marks pour un dollar : l'inflation semble ne plus devoir s'arrêter.

2 février
Hermann Göring, trente ans, membre du parti nazi et héros de l'aviation allemande, épouse à Munich Karin Fock, divorcée du baron Kantzow.

4 février
Les Français occupent les villes d'Offenburg, Appenweier et Bulh.

5 février
Rupture d'une digue de la Brinitza, en Haute-Silésie (Allemagne ou Pologne ?) : dégâts considérables.

10 février
En réplique à l'occupation de la Ruhr par les soldats belges et français, le président américain Warren Harding a ordonné l'évacuation immédiate des troupes américaines présentes sur le sol allemand.
Décès à Munich du physicien Wilhelm Conrad Röntgen, 78 ans. Il avait découvert les rayons X en 1895.

12 février
A Dortmund, les Français confisquent toutes les voitures et les camions allemands.

en février
La livre de beurre passe à 7 000 marks ; difficultés d'approvisionnemment des villes.
Un riche ami d'Hitler, Putzi Hanfstaengel, prête mille dollars au parti en échange d'une hypothèque sur le Völkischer Beobachter.

1er mars
Dans la Ruhr, les autorités franco-belges menacent de la peine de mort ceux qui saboteront les moyens de transport.
La limitation de vitesse en agglomération est portée de 15 à 30 km/h.

2 mars
Le Berliner Illustrierte publie " la Danse de Toutankhamon " pour se moquer de l'enthousiasme suscité par la découverte de la tombe en Egypte.

12 mars
Deux soldats français sont tués par les Allemands dans la Ruhr.

14 mars
Ordonnance de dissolution des sections du NSDAP dans plusieurs villes. La Cour de justice justifie la mesure : le NSDAP attente à la sûreté de l'Etat.

26 mars
La tension monte dans la Ruhr, où les cheminots allemands, par leur résistance passive, empêchent la circulation des trains

31 mars
Treize Allemands sont tués à Essen quand des soldats français tirent sur des ouvriers qui manifestaient aux aciéries Krupp. Emprisonnement de Krupp.

en mars
Le lieutenant Karl Dönitz devient " responsable des aspects politiques et organisationnels de la marine ".

1er avril
Adolf Hitler refuse de se joindre à un front commun contre les Français. Il craint que les nazis ne soient submergés par les autres partis.

2 avril
Constitution de centuries révolutionnaires socialo-communistes ; formation de gouvernement révolutionnaires en Saxe et Thuringe. Parallèlement, développement d'un mouvement de masse d'extrême-droite.

4 avril
Les syndicats allemands lancent un appel à tous les travailleurs du monde contre l'occupation de la Ruhr.

10 avril
Daimler Airway inaugure sa ligne régulière Londres-Berlin, avec escales à Brême et Hambourg.

11 avril
Suppression de l'interdiction de posséder des récepteurs radio.

16 avril
A Rome, le Comité international olympique présente une demande pour que l'Allemagne puisse participer de nouveau aux Jeux olympiques.

30 avril
L'éleveur de poules Heinrich Himmler devient l'adjoint du nazi Gregor Strasser.

en avril
Les recettes publiques allemandes ne couvrent plus qu'un septième des dépenses.

1er mai
Manifestations des syndicats ; dans la Ruhr, des centaines de soldats français défilent au côté des ouvriers allemands.
A Munich, défilé des Ligues d'extrême-droite sous la conduite d'Ernst Röhm ; les SA portent des chemises brunes achetées à l'armée. Hitler déteste cet uniforme. Le général Otto von Lossow humilie Hitler en refusant à ses 20 000 partisans de troubler le défilé organisé par les syndicats pour la fête du 1er mai. Ils étaient venus de toute la Bavière.

2 mai
Cuno propose de reprendre les réparations à hauteur de trente milliards de Marks et de reconnaître les frontières occidentales.

13 mai
La fête des Mères est désormais célébrée officiellement en Allemagne.

15 mai
Röhm, irrité par l'échec du défilé du 1er mai, veut quitter l'armée mais en est dissuadé et prend un congé pour maladie.

16 mai
Interdiction des centuries ouvrières socialo-communistes en Prusse.

19 mai
Les mineurs de la Ruhr se mettent en grève pour protester contre l'occupation de la région. Des combats de rue éclatent dans plusieurs villes allemandes.

du 21 au 25 mai
Congrès de fondation de l'Internationale Ouvrière Socialiste à Hambourg par la fusion de la IIe Internationale et de l'UPSAI.

24 mai
Fondation à Hambourg de l'Internationale des jeunesses socialistes. Erich Ollenhauer en est le secrétaire général.

26 mai
L'exécution à Düsseldorf du jeune saboteur Leo Schlageter par les troupes françaises provoque une vague d'indignation en Allemagne.

1er juin
Dietrich Eckhart, avachi par l'alcool et la morphine, quitte son poste de rédacteur en chef au journal nazi Völkischer Beobachter. Alfred Rosenberg le remplace.
Le dollar cote 74 500 marks.

12 juin
La jeune comédienne de théâtre Marlène Dietrich débute au cinéma dans Der Mensch am Wege (" Un homme au bord du chemin "), film écrit, réalisé et également interprété par Wilhelm Dieterle.

13 juin
Les Français instaurent une barrière douanière entre la Ruhr et le reste de l'Allemagne.

20 juin
Devant le Comité exécutif de l'Internationale communiste, Karl Radek lance la " campagne Schlageter " : tactique nationale-bolchevique organisée par Ruth Fischer. Dans certaines sections communistes la croix gammée est associée à la faucille et au marteau.

22 juin
Rudolf Havenstein, le président de la Reichsbank, reconnaît que la situation du mark est désespérée. Le dollar cote 136 000 marks (74 500 au début du mois).

27 juin
Les parlements français et belge accueillent défavorablement la lettre du pape condamnant l'occupation de la Ruhr. Le pape demandait qu'un système de garanties soit envisagé et que la question des réparations soit réglée dans un esprit de charité chrétienne.

en juin
A L'initiative du Parti communiste, manifestations et grèves ouvrières massives à Berlin et Hambourg, dans la Ruhr, en Haute-Silésie et Saxe.

8 juillet
Un litre de lait vaut 4 000 marks.

18 juillet
L'Italie publie son programme de dénationalisation du Tyrol du Sud. Tout particularisme allemand est balayé.

20 juillet
La Grande-Bretagne propose la création d'un comité d'experts pour vérifier les capacités de paiement de l'Allemagne.

24 juillet
Interdiction des rassemblements publics en Prusse.

29 juillet
La France et la Belgique refusent la proposition britannique de mise sur pied d'un comité d'experts.
A Berlin, lors d'une manifestation pacifiste, le physicien et prix Nobel Albert Einstein fait une déclaration.

fin juillet
Pour un dollar, il faut désormais 353 000 Marks.

en juillet
Le gouvernement britannique, par la voix de David Lloyd George, a renouvelé ses injonctions en vue de l'évacuation de la Ruhr par les troupes françaises et belges. Le Premier ministre britannique craint une reprise des hostilités.
Considérables progrès du Parti communiste au détriment du Parti social-démocrate. Le Comité exécutif de l'Internationale communiste décide de préparer l' " Octobre allemand ".

2 août
La Banque nationale porte symboliquement le taux de l'escompte de 18 à 30 %.

7 août
Le dollar ne vaut pas moins de 3,3 milliards de marks !

9 août
Un million de marks équivaut à 2 francs et 10 centimes.

11 août
A Londres, le ministre britannique des Affaires étrangères déclare : " L'occupation de la Ruhr est contraire au traité de Versailles ".

12 août
Müller du SPD demande que son parti soit intégré dans le gouvernement.

12 ou 13 août
Le chancelier Wilhelm Cuno démissionne.

13 août
Le Dr. Gustav Stresemann, DVP, devient chancelier et ministre des Affaires étrangères. Il forme un cabinet de grande coalition avec le SPD. Hans Luther passe du ministère du Ravitaillement et de l'Agriculture à celui des Finances.

14 août
Le gouvernement Stresemann fixe des salaires à valeur constante, atténue l'inflation et la résistance passive.
La direction du SPD met un terme au rapprochement avec le KPD.

15 août
A la demande de l'Assemblée législative de Thuringe, le Bauhaus organise une exposition portant sur les travaux effectués durant les quatre premières années de son existence. " Art et technique : une nouvelle unité " en est le thème et le titre de la conférence programme de Walter Gropius.

16 août
La valeur du mark-or grimpe jusqu'à 1 million de marks-papier.

17 août
Le nouveau président américain, John Calvin Coolidge, propose que les Etats-Unis participent à la recherche d'une solution au problème des réparations.

en août
Heinrich Himmler quitte le Parti populaire bavarois, catholique, auquel il avait adhéré en 1919.

1er ou 2 septembre
Rassemblement du Jour allemand dominée par le NSDAP : à Nuremberg, Hitler fête, avec plus de 100 000 nationalistes, la victoire des Prussiens sur les Français à Sedan en 1870. Le chef du parti nazi dénonce le gouvernement de Berlin.

2 septembre
Le chancelier Stresemann fait une proposition à la France sur la question de la Ruhr.

4 septembre
Le mark s'effondre encore : 1 dollar = 13 millions de marks.

6 septembre
Le nouveau chancelier cherche à se dégager de la résistance passive qui s'étiole.

11 septembre
Le dernier film qu'Ernst Lubitsch a réalisé en Allemagne, Die Flamme (" Montmartre "), avec Pola Negri, est présenté à Berlin en l'absence du cinéaste. Ce dernier poursuit actuellement sa carrière à Hollywood.

15 septembre
Taux d'escompte de la Banque d'Allemagne à 90 %.

24 septembre
La première séance de cinéma " parlant " a lieu à l'Alhambra de Berlin avec Das Leben auf dem Dorfe. Il faudra attendre 1929 avant que l'expérience se révèle concluante.

24 ou 26 septembre
Stresemann annonce la fin du " Ruhrkampf " (résistance passive), au bilan financier désastreux et décrète l'état d'exception sur tout le territoire du Reich : la Reichswehr de Gessler détient le pouvoir réel. De même, il a annoncé que le Mark était mort.

25 septembre
Hitler dénonce Stresemann. Röhm démissionne de l'armée et s'engage au côté d'Hitler.

nuit du 25 au 26 septembre
Le ministre-président de Bavière, von Knilling, décrète l'état d'exception sans consulter le Reich. Il nomme von Kahr commissaire général avec les pleins pouvoirs afin qu'il puisse fonder une forteresse antirépublicaine destinée à l'emporter aussi dans le reste du pays.

27 septembre
Le président Ebert fait démettre les gouvernements socialo-communistes de Saxe et Thuringe par l'armée. Agitation d'extrême-gauche dans tout le pays ; proclamation de l'état d'urgence : la grève générale éclate dans la Ruhr.

29 septembre
L'organe extrémiste bavarois Völkischer Beobachter insulte Stresemann. Gessler demande à von Lossow, le chef de la Reichswehr en Bavière de l'interdire. Préférant l'illégalité, ce dernier refuse.
Hugo Stinnes, le principal représentant de l'industrie lourde allemande, demande la suppresson de la journée de 8 heures et l'interdiction des grèves dans les entreprises " d'importance vitale ".

en septembre
Pour un dollar, il faut désormais 99 000 000 Marks (18 000 en janvier). 133 imprimeries fabriquent des billets.

1er octobre
Von Seeckt écrasé à Küstrin la tentative de putsch de la Reichswehr noire, formée de contingents de volontaires pour une courte période., mais contraire au traité de Versailles. Von Seeckt n'a pas hésité à intervenir en Saxe et en Thuringe, à la demande du pouvoir central.
L'allemand est interdit dans les écoles du Tyrol du Sud, territoire italien.

3 octobre
Devant le refus du SPD de voter les pouvoirs spéciaux à Stresemann, ce dernier démissionne de son poste de chancelier. Mais, faute d'alternative, le gouvernement demeure en place, mais un conservateur, Luther, prend la place d'Hilferding.

10 octobre
Sous couvert de lutter contre le danger fasciste venu de Bavière, Zeigner accepte l'entrée de communistes dans le gouvernement de Saxe.

11 octobre
Une livre anglaise vaut 10 000 millions de marks.

12 octobre
Le KPD entre au gouvernement de Thuringe.

13 octobre
Le chancelier Stresemann obtient les pleins pouvoirs du Reichstag.

16 octobre
Se fondant sur la loi votée trois jours plus tôt, le gouvernement a décidé l'institution de la Rentenbank. Cette banque émettra en novembre une monnaie provisoire, le rentenmark, qui sera utilisée en attendant la stabilisation du mark. Cette solution correspond surtout à un compromis entre les propositions du socialiste Hilferding et celles présentées par Helfferich (DNVP). Le rentenmark n'étant pas gagé sur l'or, ce sont des hypothèques sur les propriétés foncières, les entreprises de commerce et d'industrie et les banques qui sont censées garantir cette monnaie jusqu'à hauteur de 3,2 milliards. La Rentenbank n'est pas autorisée à émettre plus de 2,4 milliards de rentenmarks sous forme de billets.

20 octobre
Rudolf Kahr convainc le général von Lossow de ne pas obéir à Berlin, qui a ordonné la fermeture du Völkischer Beobachter et l'arrestation de trois de ses responsables. Von Lossow est limogé mais Kahr annonce que le général restera commandant de la Bavière.

21 octobre
La République de Rhénanie est proclamée à Aix-la-Chapelle par Léo Deckers, pour la zone d'occupation belge, avec le soutien des occupants.

Le dollar est coté 12 milliards de marks.
Le premier planétarium ouvre au Deutsche Museum de Munich.

22 octobre
D'autres républiques rhénanes sont proclamées en zone française : Dorten (catholique libéral) à Bad Ems.
Le dollar vaut 40 milliards de marks.

23 octobre
Stresemann réclame au Repko un examen de la capacité de l'Allemagne à assumer les réparations et propose simultanément un plan détaillé du mode de versement qui serait fondé sur les prêts internationaux garantis par des revenus du Reich.

Le Dr Dorten proclame la République à Mayence, avec l'appui implicite de Tirard, président de la Commission interalliée. En Saxe, la Reichswehr intervient devant le refus de Zeigner de dissoudre les centuries révolutionnaires.
24 octobre

Le déclenchement de l' " Octobre allemand " se résume à un soulèvement communiste à Hambourg qui, isolé, est vite réprimé.
25 octobre

Matthes proclame une République à Coblence.
Projet des organisations d'extrême-droite bavaroises de marcher sur Berlin pour instaurer une dictature militaire.

29 octobre
La livre de beurre passe à 26 milliards de marks. Soulèvement populaire contre la disette.
Emission à Berlin de TSF à l'échelle internationale.

30 octobre
Stresemann décide de légiférer par ordonnance dans les conflits sociaux.

31 octobre
Le Landtag de Saxe installe un nouveau gouvernement composé exclusivement de sociaux-démocrates.

1er novembre
8 millions de marks pour 1 dollar.

2 novembre
Devant les événements de Saxe et l'absence d'intervention contre la Bavière, le SPD quitte le gouvernement du Reich. Par ailleurs, Matthes liquide la République rhénane d'Aix-la-Chapelle.

3 novembre
Von Seeckt réclame les pouvoirs dictatoriaux, mais Ebert refuse.

5 novembre
Le Palatinat devient une République séparée de la Bavière. Par ailleurs, le paysan Heinz Orbis s'empare de Spire.

6 novembre
La livre de pain vaut désormais 200 milliards de marks, la livre de beurre 210 milliards.

8 novembre
En Bavière, von Kahr n'ayant plus de prétexte pour contester le pouvoir berlinois (les communistes de Saxe et de Thuringe ont été éliminés), il organise une réunion publique au Burgenbräukeller, mais sans inviter Adolf Hitler (chef du NSDAP). Pour contrer l'initiative de von Kahr, Hitler et ses bandes perturbent la réunion et proclame la " révolution nationale " (putsch de la Brasserie). Croyant la salle cernée et la ville aux mains des hitlériens, von Kahr accepte les conditions de ceux-ci : la constitution d'un gouvernement du Reich sous la direction de Hitler, tandis que Lossow serait ministre d'une Reichswehr commandée par Ludendorff. Mais les sections du NSDAP ne réussissent pas à occuper les bâtiments officiels. Avec 400 autres militants, Heinrich Himmler entre toutefois dans le ministère de la Guerre. De son côté, Rudolf Hess est chargé de surveiller les otages du gouvernement d'Etat de Bavière, les ministres Schweyer et Wutzelhofer.

9 novembre
N'ayant cédé que du bout des lèvres, von Kahr organise la résistance à l'aube, tandis qu'Hitler tente de rallier la population à sa cause en marchant vers les bâtiments officiels. Une fusillade au niveau de la Feldherrnalle provoque quatorze (ou seize) morts parmi les putschistes (dont Scheubner-Richter, qui tenait Hitler par le bras ; Hitler a l'épaule démise ; le nazi Hermann Göring est blessé) : échec du putsch. Ludendorff, rangé du côté des nazis, a eu le courage de s'interposer pour éviter un véritable massacre. Les policiers l'ont arrêté. Hitler s'enfuit. Le NSDAP est interdit sur tout le territoire du Reich par von Seeckt.

11 novembre
Arrestation d'Adolf Hitler.

12 novembre
A Spire, Heinz Orbis proclame la République palatine avec le soutien de la France.

13 novembre
La Repko accepte d'examiner la capacité de l'Allemagne à assumer les réparations, et deux comités doivent voir le jour, l'un sous la présidence de l'Américain Dawes. L'ère des menaces est vécu : la négociation reprend ses droits.

15 novembre
Nombreux affrontements entre communistes et nazis.

15 ou 16 novembre
Une nouvelle monnaie, encore provisoire, le Rentenmark est émise, pour succéder au Mark qui avait attend le fond avec un rapport de 4 200 milliards pour un dollar. Un billion de Marks anciens correspond à un Rentenmark. Elle sera émise par une banque spéciale, la Rentenbank, et couverte par une hypothèque sur l'industrie, le commerce et la propriété foncière.

16 novembre
Déclaration du président du Conseil français, Raymond Poincaré : " L'occupation de la Ruhr a coûté 691 millions de francs à la France et lui en a rapporté 520 millions ".

17 novembre
Fin de l'inflation : la Banque nationale déclare que les succursales n'accepteront plus de dépôt à partir du 22 du mois.

23 novembre
Stresemann est renversé par une conjonction d'opposants de droite à la levée de la résistance passive et de sociaux-démocrates, qui lui reprochent son indulgence envers les autorités bavaroises. Comme le président Ebert refuse de dissoudre l'Assemblée, Stresemann n'insiste pas.

29 novembre
La Commission des réparations nomme des experts chargés d'enquêter sur la situation économique de l'Allemagne.

30 novembre
Le Dr. Wilhelm Marx, Zentrum, succède à Stresemann à la tête d'un cabinet minoritaire des centres (DDP, Z, DVP). (Le mouvement de Marx se désagrège à Coblence). Stresemann reçoit le portefeuille des Affaires étrangères.

en novembre
Effondrement du mark, réduit à un millième de milliardième de sa valeur de 1914 : la valeur de la dette de guerre allemande n'équivaut plus qu'à… 15 pfennigs.

6 décembre
Traité germano-américain d'amitié et de relations commeciales.

8 décembre
Pleins pouvoirs au gouvernement pour la seconde fois. Il peut ainsi prendre des mesures d'urgence en matière économique et sociale.

14 décembre
Fixation du temps de travail à 54 heures pour les fonctionnaires et 59 heures pour les ouvriers des usines sidérurgiques.

17 décembre
Les fonctionnaires ne recevront que la moitié de leurs appointements.

20 décembre
La firme Krupp licencie les travailleurs refusant la journée de travail de dix heures.

22 décembre
Le Dr Hjalmar Schacht devient président de la Reichsbank. Il a été préféré à l'ancien secrétaire d'Etat Helfferich.

26 décembre
A Londres, la Commission des réparations nomme deux experts.
Décès (en prison ?) à Berchtesgaden du théoricien nationaliste et raciste Dietrich Eckart, âgé de 55 ans.

27 décembre
La Croix-Rouge internationale organise depuis la Suisse une collecte de dons pour l'Allemagne.

en décembre
Alliés et Allemands se mettent d'accord pour renflouer le mark.
Le brevet de la firme allemande Bayer est enregistré par les services gouvernementaux britanniques en tant que " remède pour le traitement des maladies tropicales ", sous le titre Bayer 205. En Angleterre, on conclut après un certain nombre d'expériences que ce produit est le meilleur remède contre la trypanosomiase, plus connue sous le nom de maladie du sommeil.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .